Comment parler en public et avoir de l’impact ? La réponse avec Stéphane André, fondateur de l’École de l’Art Oratoire

Comment mieux parler en public?

Parler en public n’est pas si facile que cela. Je l’ai découvert il y a quelques années en assistant à une conférence de Stéphane André, fondateur de l’École de l’Art Oratoire. J’ai eu le plaisir de le rencontrer à nouveau récemment à l’occasion d’un épisode d’Azzzap. Voici quelques morceaux choisis de nos échanges.

Parler en public et avoir de l’impact. Au menu :

Qu’est-ce que l’Art Oratoire?

Je laisse la parole à Stéphane André :

 Les bons orateurs de notre temps

Selon le fondateur de l’École de l’Art Oratoire, la culture française n’est pas un terreau fertile pour les orateurs alors qu’elle l’est pour l’art des idées. Cela explique l’absence de grands orateurs en entreprise mais aussi de tribuns dans l’arène politique.

J’ai demandé à Stéphane André d’illustrer son propos en partageant avec nous la liste des orateurs qui ont marqué leur temps. Barack Obama, le Général de Gaulle, François Mitterrand peuplent le panthéon des tribuns du 20ème et 21ème siècle.

Et l’actuel locataire de l’Elysée?

« A l’époque de la campagne présidentielle, Monsieur Macron était un orateur, en bas du spectre, ce n’est pas un grand orateur, mais c’était un des meilleurs orateurs de la campagne, chose qu’il a un peu perdu ensuite. »

Et les mauvais orateurs?

Jean-Louis Borloo, Michel Rocard, Philippe Seguin et Dominique de Villepin ou encore Laurent Fabius n’ont ou n’ont pas eu les qualités physiques des bons orateurs. En cause, un rapport contrarié avec la verticalité de leur posture.

Jean-Louis Borloo
source de la photo : https://www.flickr.com/photos/feuilllu/6116985970

Car oui, l’art oratoire est aussi affaire de posture… physique.

Les caractéristiques du bon orateur

Stéphane André nous délivre son principal apprentissage. Il tient en trois mots :

  • Dos
  • Voix
  • Regard

Ainsi le bon orateur joue sur la verticalité de sa posture. Comme ici Barack Obama.  Le dos bien placé dégageant la colonne d’air qui lui permet  de projeter sa voix .

Barack Obama en plein discours
Le bon orateur joue sur la verticalité de sa posture

Le regard est également essentiel :

« Il faut montrer un intérêt décidé pour celui auquel on parle »

Comme ici le Général De Gaulle.

Source : https://www.ouest-france.fr/politique/50-ans-de-la-ve-republique-un-demi-siecle-delection-presidentielle-3891240

 

Et dernier ingrédient, la voix comme ici avec François Mitterrand .

Mais le message que je retiens de nos échanges tient dans cette citation :

L’Art Oratoire est un art au service de la circulation des idées dans le monde des hommes… Il faut garder cette modestie… Quand vous parlez en public ne pensez pas à votre image personnelle, servez plutôt l’idée, et puis pensez à votre public.

Vous pouvez retrouver l’intégralité du podcast sur ces plateformes :
🎙S’abonner sur iTunes
🎙S’abonner sur Deezer
🎙S’abonner sur SoundCloud
🎙S’abonner sur Podcast Addict
🎙S’abonner sur Spotify

Quelques ressources pour devenir bon orateur

🔗 Voici quelques liens utiles pour illustrer les propos de Stéphane André :
Le site de l’Ecole de l’Art Oratoire
« Le secret des orateurs : Politique, média et entreprise » Stéphane André 📚
« L’art du leadership » Stéphane André 📚 :

J’ai retrouvé sur Amazon les cours de Louis Jouvet qu’évoque Stéphane André :

« Molière et la Comédie Classique : Extraits des cours de Louis Jouvet au Conservatoire (1939-1940) »📚 :

« Tragédie classique et théâtre du XIXe siècle » 📚:
✔ « Elvire Jouvet 40 : D’après les sept leçons de Louis Jouvet à Claudia sur la seconde scène d’Elvire du Dom Juan de Molière » 📚:
📚le livre
📀le DVD

Ainsi que les livres de Luchini et Terzieff :

« Comédie française : Ca a débuté comme ça… » de Fabrice Lucchini📚

« Seul avec tous » de Laurent Terzieff 📚

Quelques messages pour finir.
✔Commentez pour m’aider à améliorer le podcast et vous apporter du contenu qui vous plaît !
✔Si vous aimez ce podcast, vous pouvez m’encourager en le likant, en le notant 5 étoiles 🌟🌟🌟🌟🌟 et en en parlant autour de vous
✔Abonnez-vous à la newsletter d’Azzzap ! en vous rendant sur ce site 

Comment chercher du feedback de ses collègues sur son travail ?

Comment chercher du feedback au travail

Aller rechercher du feedback sur son travail est un exercice compliqué mais nécessaire pour progresser. Il est impossible d’avoir un œil objectif sur ce que nous apportons à la vie et aux projets des autres sans interroger son entourage.

Comment chercher du feedback sur son travail :

le problème avec les demandes de feedback

via GIPHY

 

Le feedback n’est pas un exercice naturel.

Il est périlleux de donner du feedback à un collègue sans quelques bonnes pratiques et si le collègue en question pose les mauvaises questions. L’entretien peut se révéler toxique.

Ensuite, je trouve qu’on a aussi tendance à vouloir trop rationaliser le feedback. J’ai plusieurs fois répondu à des questionnaires comportant une centaine de question sur un ou une collègue dans le cadre d’un regard croisé. J’essaie de répondre le mieux possible aux premières questions mais au bout de la vingtième,…

Une bonne nouvelle. Une formule évite ces écueils et permet de recueillir en 15 minutes un feedback constructif.

comment choisir les collègues qui vont vous faire du feedback?

via GIPHY

 

C’est une technique que j’utilise moi-même.

Cette technique est peu coûteuse en temps. Je précise que ce n’est pas le fruit de ma réflexion mais le résultat d’une réflexion collective sur la meilleure façon de recueillir du feedback sur son rôle de manager.

Comment procéder ?

Prenez un temps de réflexion pour choisir les cinq personnes que vous allez interroger. Je vais vous aider à les choisir en vous donnant les trois caractéristiques qui doivent guider votre choix.

Première caractéristique. Vous devez collaborer d’une façon ou d’une autre avec ces personnes dans le cadre d’un projet ou d’une activité récurrente. Elles seront plus à même de vous donner des retours pertinents.

Deuxième caractéristique,  dans les rôles que vous occupez, vous êtes obligatoirement le « fournisseur » d’un ou plusieurs « clients » internes. Choisissez une personne qui est l’équivalent pour vous d’un client interne. 

Enfin, troisième caractéristique,  choisissez quelqu’un avec qui vous n’avez de conflit personnel. Mieux vaut éviter des regards croisés « toxiques » si vous n’êtes pas bien disposés l’un envers l’autre.

quelles questions poser pour avoir des feedbacks de qualité?

via GIPHY

 

Demandez aux heureux élus s’ils sont d’accord pour se prêter à la démarche. Précisez que l’entretien ne dure que 15 minutes.

Pour cela, je vous conseille d’inclure dans la demande les questions que vous allez leur poser.

Justement, quelles questions poser ?

Voici les questions phares.

  • Sur la période passée, quelle contribution de ma part as-tu trouvé la plus utile et pourquoi ?
  • Toujours sur la période passée, as-tu une information ou une perception à me partager dont tu penses qu’elle me sera utile pour la suite ?
  • Sur la période à venir (le semestre), et de ton point de vue, quelle contribution de ma part te semble la plus importante ?
  • Si tu étais à ma place, quelle compétence penses-tu qu’il faudrait que je développe ou renforce en priorité́ ?

Dans votre mail, appuyez sur le fait que vous appréciez le fait que votre collègue prenne le temps d’y réfléchir. Son regard n’en sera que plus pertinent et riche.

Pendant l’entretien, n’hésitez pas à utiliser la technique des cinq pourquoi afin d’approfondir les propos de votre collègue.

Dans ces réponses communes à ces entretiens,  vous retrouverez la valeur que l’on vous reconnaît, ce qu’on attend de vous dans la période à venir et la compétence qu’il vous faut renforcer.

Magique.

Comment développer rapidement son réseau pro avec des influenceurs inspirants? Réponse avec Matthieu Stefani de CosaVostra

Comment développer son réseau pro

Développer son réseau pro rapidement et avec des personnes de qualité, influentes et inspirantes, c’est ce qu’a réussi Matthieu Stefani, serial entrepreneur et depuis 5 ans maintenant, à la tête de CosaVostra, agence digitale qui accompagne startups, PME, et grands groupes. Matthieu a enrichi son carnet d’adresses en utilisant un outil inattendu. Je l’ai interviewé pour Azzzap ! le podcast que j’ai lancé il y a quelques semaines

Développer son réseau pro rapidement , le menu :

Un réseau pro impressionnant


via GIPHY

 

« Allo? C’est Arnaud »… »Arnaud qui? » demande Matthieu Stefani… « et bah…Arnaud Montebourg ».

Scène vécue par Matthieu Stefani quelques temps après l’épisode de son podcast avec le C.E.O de Bleu Blanc Ruche.

Et oui, Matthieu Stefani a désormais dans son réseau pro l’ancien Ministre de l’économie. Mais pas seulement…. Dans ce carnet d’adresses on retrouve Marc Simoncini, fondateur d’iFrance, de Meetic et du fond d’investissement Jaïna, Pauline Laigneau, co-fondatrice de Gemmyo et podcasteuse émérite avec « Le Gratin » , David Abiker chroniqueur aux talents multiples officiant notamment pour Europe 1, Shanty Baerhel de ShantyBiscuit et 70 autres font désormais partie du réseau pro de Matthieu Stefani.

Ce n’était pas le cas il y a encore deux ans.

Comment Matthieu a réussi ce tour de force ?

La réponse : Génération Do It Yourself.

Le podcast Génération Do It Yourself

via GIPHY

 

Matthieu Stefani a lancé il y a deux ans un podcast, « Génération Do It Yourself » C’est un des premiers à s’être lancé avec succès dans l’aventure du podcast :

« Je me disais [ à propos des podcasts ‘natifs’ type « How I Built this »] … tiens c’est bizarre, personne ne le fait en France… et j’attendais que quelqu’un le fasse. Honnêtement ça faisait bien une année que j’attendais… et puis à un moment […] j’ai acheté du matos et en un mois c’était plié,  j’avais lancé mon premier épisode. »

Génération Do It Yourself est un échange entre Matthieu et une personnalité inspirante et influente qui partage avec nous son histoire et ses apprentissages.

J’aime ce podcast parce qu’il va au fond des choses et donne un coup de fouet à n’importe quel entrepreneur en lui montrant que rien n’est simple . La caractéristique commune des personnalités interviewées par Matthieu est la persévérance malgré les obstacles sur le chemin.

Matthieu aussi a persévéré en se fixant de réaliser dans un premier temps une première série de 10 épisode.

« J’ai fait ces 10 épisode, je me suis éclaté et j’ai découvert un truc hyper vertueux qui depuis m’obsède, le fait de rencontrer toutes les personnes que je rencontre[…]et bien ça m’apporte du business, ça développe mon réseau et ça m’apprend. »

Avec le podcast Génération Do It Yourself, Matthieu mêle l’utile à l’agréable et se montre transparent sur l’intérêt business de la démarche.

« Les personnalités que j’interview me servent de « cheval de Troie », je suis plus fort avec mes 75 épisodes et mes dizaines de milliers d’auditeur, ça m’ouvre des portes et moi je leur sers de porte-voix.
Et en plus de ça, c’est du business, ça me rapport des clients et de l’argent via les quelques sponsors. En résumé, ça coche toutes les cases. »

Cultiver son réseau pro et sa chance

via GIPHY

 

« Philippe Gabilliet, docteur en sciences sociales et professeur émérite à l’ESCP, m’a récemment dit , la « Chance c’est donner et quand tu donnes beaucoup tu reçois beaucoup. » »

Ainsi donc, avoir de la chance… ça s’apprend et ça se développe comme le révèle Philippe Gabilliet dans cette épisode de Génération Do It Yourself.

Le professeur de l’ESCP va plus loin et donne une définition de la chance :

« La chance, c’est la capacité à créer les circonstances d’apparition d’opportunités »

… et donne un conseil pour se créer ses opportunités :

« La meilleur façon d’atteindre ses objectifs dans sa vie, c’est d’aider les autres à atteindre les leurs »

Aider les autres, c’est sans doute la meilleure façon de développer son réseau pro.

En créant ce podcast et en choisissant d’interviewer des personnalités inspirantes et influentes,  il aide à la fois ses auditeurs et les personnalités qu’il invite, Matthieu Stefani applique ce théorème à merveille.

L’épisode d’Azzzap ! avec Matthieu Stefani est disponible sur les plateformes les plus populaires :
🎙S’abonner sur iTunes
🎙S’abonner sur Deezer
🎙S’abonner sur SoundCloud
🎙S’abonner sur Podcast Addict
🎙S’abonner sur Spotify

Comment réduire son temps d’écran sur smartphone et tablette ? Réponse avec Korben

réduire son temps d'écran

Réduire mon temps d’écran, se libérer du smartphone, un challenge que je me suis fixé pour ce trimestre. Et tiens, justement, le chef d’internet ;-), Korben, vient de sortir un livre sur le sujet, « Libérez-vous de votre smartphone : et reprenez votre vie en main », disponible en version numérique sur amazon et fnac.com. J’ai testé pour vous…

Comment réduire son temps d’écran :

pourquoi j’ai souhaité vous parler du livre de Korben?

Tout simplement parce que j’ai lu cet ouvrage il y a maintenant deux semaines. Smartphone à la main pour « paramétrer » mon mobile en suivant les conseils de Korben.

Et depuis, j’ai réduit de plus de moitié mon temps d’écran sur mon iPhone (je n’ai pas de tablette), 40% de moins la première semaine, 20% supplémentaires la semaine suivante.

Principalement en lisant mon Kindle dans RER le matin, en évitant d’avoir mon iPhone sous la main à la maison, et en choisissant de m’endormir avec un bon bouquin plutôt qu’un très bon podcast .

réduire son temps d'écran

Ma moyenne de temps de consultation sur mon mobile oscillait entre 3 h 30 et 5 heures avant la lecture du livre 😱.

Depuis deux semaines, en appliquant les conseils de Korben, cette moyenne est désormais de 2h30 🙂.

La lecture du livre est rapide, j’ai pris une petite heure seulement pour lire les 39 chapitres que comprends ce livre.

Et c’est, comme vous pouvez le voir, redoutablement efficace avec un peu de motivation pour réduire son temps d’écran quotidien.

J’ai donc demandé à Korben d’être l’invité du troisième épisode d' »Azzzap ! », le podcast que j’ai lancé il y a quelques semaines pour qu’il vous en dise un peu plus.

( d’ailleurs, si vous souhaitez écouter toute l’interview de Korben, rendez-vous sur le podcast « Azzzap ! » :
🎙S’abonner sur iTunes
🎙S’abonner sur SoundCloud
🎙S’abonner sur Podcast Addict
🎙S’abonner sur Spotify )

les effets de cette addiction, l’importance de réduire son temps d’écran

Réduire son temps d'écran avec Korben
Photo de Korben par Antoine Lamielle — Travail personnel, CC BY 4.0, commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=69751886

Un des effets que note Korben dans son livre, ce sont les effets néfastes de cette addiction sur notre sommeil. Voici ce qu’il nous dit dans le podcast.

« Un des plus gros problèmes que j’avais, c’était les insomnies. Dès que je me réveillais un peu la nuit, je pensais au boulot, à Twitter, j’allumais le téléphone et après je mettais deux heures, trois heures pour trouver le sommeil. »

via GIPHY

 

Autre effet, la nomophobie. La nomophobie (No Mobile Phone Phobia), c’est la peur d’être séparé de son smartphone. C’est cette peur qui vous rend nerveux si vous oubliez votre smartphone à la maison, et qui peut vous obliger à revenir sur vos pas pour aller le chercher.

L’autre effet nocif, c’est la perte de concentration au travail que j’ai déjà évoqué sur ce blog. Comme le dit Korben dans le podcast :

« Si on est tout le temps interrompu par des notifications ou ce genre de choses, on sort de ces moments de concentration et on fait pas forcément du bon boulot. Quand on est développeur on a besoin de 20 à 30 minutes pour bien se replonger dans un code qu’on a quitté la veille, si c’est pour être déconcentré toutes les dix minute par un SMS ou un mail, c’est l’enfer. »

Enfin, l’effet le plus nuisible selon moi, c’est la perte de qualité de la relation que vous entretenez avec les autres. Qui n’a jamais vu des couples dans un restaurant certes manger face à face mais passant une partie de leur repas à regarder leur smartphone respectif?

quelques astuces données par Korben

Réduire son temps d'écran avec KorbenDans cet interview, Korben nous donne quelques conseils très efficaces, issues des 39 astuces du livre.

Notamment, celle d’éloigner votre smartphone de la chambre à coucher pour éviter de se réveiller et de consulter le consulter compulsivement. Ou encore, celle de désactiver votre répondeur.

Une astuce que je vais essayer, celle de  créer plusieurs sessions sur votre PC ou votre Mac pour différencier les univers. Une session « Travail » avec uniquement les outils pour travailler et une session personnelle pour les autres sujets.

Il y a plus de 30 autres astuces dans le livre de Korben dont je rappelle le titre « Libérez-vous de votre smartphone : et reprenez votre vie en main », disponible ici ou ici pour moins de 10 euros, disponible en version numérique et en impression à la demande.

Si vous souhaitez écouter toute l’interview de Korben, rendez-vous sur le podcast « Azzzap ! » :
🎙S’abonner sur iTunes
🎙S’abonner sur Deezer
🎙S’abonner sur SoundCloud
🎙S’abonner sur Podcast Addict
🎙S’abonner sur Spotify

Bonne lecture et bonne écoute !

 

4 solutions originales pour se concentrer au bureau

Se concentrer au bureau

Se concentrer au bureau… difficile. Notifications, messageries et réseaux sociaux forment le triptyque infernal de la déconcentration au travail. Apple, Google et d’autres commencent à proposer des solutions pour garder vos capacités de concentration intactes. Voici quelques solutions digitales ou non, qui vont vous aider à garder le fil d’un sujet plus de 15 minutes…. Attends… qu’est ce que je disais déjà?

3 solutions originales pour se concentrer au bureau :

Utiliser la technique Pomodoro

via GIPHYLa technique Pomodoro (Tomate, comme les minuteurs en forme de Tomate) s’inspire des théories de l’agilité. Le principe est simple. Et je laisse la parole… à Wikipédia :

La technique se présente sous la forme de cinq étapes :

  • décider de la tâche à effectuer ;
  • régler le pomodoro (minuteur) sur 25 minutes ;
  • travailler sur la tâche jusqu’à ce que le minuteur sonne et la noter comme faite ;
  • prendre une courte pause (5 minutes) ;
  • tous les quatre pomodori prendre une pause un peu plus longue (15-20 minutes).

Les avantages… toujours selon Wikipedia :

Le ressort de cette technique provient du déplacement de la gratification psychologique obtenue non plus de ce qu’on a produit ou appris mais du respect des temps de concentration ou du nombre de Pomodoros effectués dans la journée5.

A moins de venir au boulot avec un minuteur, ce qui risque de vous mettre mal avec vos collègues 😄 , voici une extension Firefox et une extension Chrome pour suivre des sprints de 25 minutes ou plus.

Utiliser une application pour vous concentrer au bureau

via GIPHY

Attention, je sors ma science.
Dans l’excellent « Actionable Gamification : Beyond Points, Badges and Leadboards », le coréen Yu-Kai Chou modélise les leviers de l’engagement utilisés par l’industrie du jeu vidéo.

En une image, voici ce que cela donne :

Les 8 leviers d'engagement de l'industrie du jeu vidéo
Les 8 leviers d’engagement de l’industrie du jeu vidéo

Certaines applications ont bien compris cette mécanique et ce ne sont pas forcément des applications de jeu vidéo.

Par exemple, mon dernier coup de coeur, Forest, disponible sur android et iOS, a très bien compris tout ces leviers.

En effet, Forest permet de gérer sa journée en regardant le moins possible son écran. Bref, de mieux se concentrer au bureau.

Comment?

En reliant le fait de ne pas consulter son smartphone pendant X minutes à la pousse d’un arbre. Une sorte de Tamagotshi qui se nourrit de votre concentration.

Explications plus visuelles avec cette vidéo :

Grâce à cette application j’ai réduit mon temps d’écran, amélioré ma concentration, et cela me permet de gérer mes sprints quand j’utilise la technique Pomodoro.

Elle vaut largement les 2,29€ payés sur l’Appstore et oh, bonheur, nous la retrouverons dans le chapitre suivant.

Bloquer les applications et sites addictifs

via GIPHY

Solution plus radicale que j’avais évoquée dans cet article, couper l’accès à ses applications de réseaux sociaux ou autres en les… supprimant.

via GIPHY

Double avantage :

  • pas de notification…
  • pas de possibilité de consulter une applications non installée

 

De même sur PC ou Mac, vous pouvez installer des plugins comme Freedom qui bloquent au sein de votre navigateur l’accès à certains sites comme Facebook ou Twitter par exemple. Une aubaine pour qui veut se concentrer au bureau.

Bloquer les sites addictifs via Freedom

Il se trouve que Forest le fait aussi !

Vous pouvez en effet installer un plugin Forest au sein de votre navigateur Chrome et vous pourrez paramétrer certains sites interdits car addictifs comme Facebook, Twitter ou Youtube.

Si vous consulter ces sites pendant votre sprint de 25 minutes pour faire pousser votre arbre, alors le plugin va se mettre en travers de votre chemin. Exemple ici avec Facebook.

Bloquer l'accès à certains sites avec Forest

Utiliser un bon vieux Nokia 3310

via GIPHY

Autre solution, plus extrême. Elle consiste à revivre la fin des années 90 et acheter un « feature phone » ou « dumbphone » et laisser votre smartphone à la maison ou au bureau… ou sur eBay.

Plusieurs projets ont émergé ces dernières années pour faire revivre le « feature phone » que nous avons connu avant l’arrivée de l’iPhone.

C’est le cas du Light Phone ici :

ou du Punkt :

Mais ce sont des « DumbPhone » aux fonctionnalités légères mais qui forment un tout hors de prix.  Comptez 200€ !!! pour le Punkt  et 250€ pour le Light Phone.

Quitte à sacrifier l’intelligence de votre téléphone, autant se reposer sur un classique pas trop cher (encore que, 65€ tout de même…), le fameux Nokia 3310 que Nokia a ressortie il y a 2 ans.

Vous pouvez découvrir tous ces DumbPhone dans cette vidéo de The Verge :

conclusion

mise à jour du 20 mai 2019 :

Le blogueur / entrepreneur Korben a récemment sorti un excellent livre sur le sujet. Vous retrouverez mon compte-rendu dans cet article.


via GIPHY

L’agenda familial Family Place pour mieux s’organiser avec son smartphone

Family Place, l'agenda familial, disponible sur iOS, Android et sur le web

L’agenda familial a désormais une application. Il s’agit de l’application Family Place proposée par Orange dans le cadre de ses offres grand public.

l’agenda familial pour mieux s’organiser avec son smartphone :

[Pour être transparent, je précise que je suis salarié du groupe Orange. Mais cela n’empêche, Family Place est un vrai coup de coeur.]

pourquoi utiliser Family Place?


via GIPHY


Accompagner le grand à son cours de Ping-Pong, le petit à son cours de gymnastique, penser à donner les clés à la nounou, réserver deux couverts dans un restaurant, se rappeler que nous dinons chez des amis samedi prochain etc… autant de « trucs » à penser en plus de son activité professionnelle.

Avec un challenge en plus, celui d’être bien synchrone avec sa ou son partenaire pour éviter les boulettes. Un vrai défis que les applications sur smartphone peuvent nous aider à relever ( comme l’explique Jean-Baptiste sur le podcast Azzzap).

C’est tout l’objet de l’application Family Place, l’agenda familial que j’utilise depuis plusieurs mois maintenant.

le calendrier familial, c’est bien pratique

via GIPHY

Première aide précieuse, le calendrier partagé.

Sur Family Place, vous allez créer des évènements dans le calendrier de l’application et ceux-ci seront ensuite affichés à la fois dans le calendrier de l’application mais aussi dans le calendrier que vous utilisez sur votre smartphone. Cela permet d’avoir une vision consolidé des évènements de la semaine, à la fois d’un point de pro et perso.

C’est simple et intuitif.

la to do list partagée, pour se répartir les tâches

via GIPHY

Dans la capture d’écran précédente apparaissent deux tâches, car oui, Family Place est en plus une to do list partagée.

Chaque tâche est partageable avec un des membres de la famille pour lui être assigné.

Là encore, c’est très simple et la tâche, si elle fait l’objet d’une échéance, est inscrite dans le calendrier.

Comme ici avec le colis à aller chercher ou les ventes ebay :

les autres fonctions sympa de Family Place

Family Place propose, en plus de ses deux fonctions clé, d’autres services sympa.

Il est possible par exemple de partager des photos en famille, et seulement avec la famille, contrairement à ce que l’on peut faire sans le vouloir sur Facebook par exemple où vos photos sont peut-être visibles plus largement que vous ne le pensez.

Il y a également une messagerie interne à la famille, comme peut le proposer WhatsApp par exemple.

Plus original, l’application permet aussi de partager sa position avec les membres de sa famille pendant un temps limité à une heure par exemple (disponible uniquement pour les clients Orange forfait Open)

Elle permet également d’appeler à l’aide les membres de sa famille qui pourront alors venir vous secourir là où l’application vous a géo-localisé.

Plein de petites fonctionnalités très chouettes et simples à prendre en main.

L’application est disponible sur iPhone / iPad et sur Google Play Store ou même sur le web via votre navigateur préféré.

Voici une petite vidéo pour finir.


Azzzap ! , le podcast pour être ZEN et EFFICACE disponible sur iTunes et SoundCloud

Azzzap, le podcast pour être productif et zen

Un podcast pour être ZEN et EFFICACE. Cela fait un moment que j’y pense, c’est maintenant une réalité, MeetingSumo a son propre Podcast. Ça s’appelle Azzzap ! et l’épisode pilote de 15 minutes est disponible sur iTunes et SoundCloud. Si vous aimez, je continue 😀, sinon je tue mon chien 🐶.

Azzzap ! , le podcast pour être ZEN 🧘‍♀️🧘‍♂️  et EFFICACE 🚀 :

Jean-Baptiste Viet, le premier invité d’Azzzap !

Comment concilier vie de famille, salariat et entrepreneuriatLe fait de commencer par Jean-Baptiste Viet était pour moi une évidence.

Je le connais depuis quelques années maintenant et j’admire sa capacité à passer d’un projet à un autre avec la même passion et efficacité.

Jean-Baptiste est un blogueur émérite, un youtubeur avec une large communauté, un auteur à succès mais également un papa de deux enfants et  collaborateur d’une grande entreprise.

Jean-Baptiste a longtemps gagné plusieurs milliers d’euros par mois grâce à son blog, vendu plusieurs milliers de livres de culture digitale et rassemble 25 000 abonnés sur son compte Youtube sur lequel il partage une vidéo tous les dimanche matin.

Il vient en plus de sortir un beau bébé de 400 pages, une bible du Marketing Vidéo (Youtube, Facebook, Instagram) avec son acolyte Max Maximus.

Comment fait-il pour tout gérer? La réponse dans ce podcast !

Les questions auxquelles Jean-Baptiste répond

Au menu de ce podcast :

  • 00:00:36 : présentation de Jean-Baptiste
  • 00:02:26 : ses débuts dans le blogging
  • 00:04:05 : la découverte du S.E.O (Search Engine Optimization) chez Orange
  • 00:05:18 : l’arrivée des enfants et la nécessité de s’organiser autrement
  • 00:06:40 : optimiser son organisation pour écrire un livre
  • 00:08:40 : les bonnes ressources pour bien s’organiser
  • 00:09:56 : une organisation … circulaire
  • 00:10:55 : et la discipline?
  • 00:12:45 : l’outil digital qui l’aide à être organisé
  • 00:14:30 : son conseil pratique
  • 00:15:00 : sa citation préférée

Vous pouvez l’écouter directement ici :

ou ici sur la chaine Youtube de MeetingSumo :



Comment s’abonner à Azzzap !

… C’est très simple, il suffit de vous rendre sur SoundCloud là.

Et sur iTunes là ou sur votre iPhone dans l’application Podcast en cherchant « Azzzap » et en cliquant sur s’abonner.

Voici la pochette :

La pochette du podcast AZZZAP !

Comment vous pouvez-vous même participer à ce podcast

Commentez ici ou sur iTunes et SoundCloud pour m’aider à améliorer le podcast et vous apporter du contenu qui vous plaît !

Si vous aimez ce podcast, vous pouvez m’encourager en le notant 5 étoiles 🌟🌟🌟🌟🌟, c’est très important pour être bien référencé et facilement trouvable sur iTunes et en en parlant autour de vous !

J’espère que vous allez aimer cet épisode et je remercie bien sûr Jean-Baptiste d’avoir pris le temps d’enregistrer avec moi ce Podcast et de partager avec vous et moi ses apprentissages.

Si vous aimez ce podcast pour être ZEN et EFFICACE, je vais faire en sorte de publier un épisode par semaine.

A vos commentaires 😉 Et surtout, n’oubliez pas le chien 🐶 (les enfants s’y sont attachés tout ça…)

Les meilleurs Podcasts de développement personnel et d’entrepreneuriat

Les meilleurs Podcasts de développement personnel et d’entrepreneuriat

Certains podcasts de développement personnel et d’entrepreneuriat, « indépendants » des médias institutionnels, cumulent plusieurs centaines de milliers d’écoutes et sont passionnants.

Les meilleurs Podcasts de développement personnel et d’entrepreneuriat … selon moi :

Le Gratin de Pauline Laigneau

C’est la nouvelle star du podcasting. Pendant un peu plus d’une heure, Pauline interroge des personnalités marquantes qui racontent l’histoire de leur succès. Entrepreneurs, sportives et sportifs, personnalités des médias, ou artistes trouvent ici le temps de raconter leur histoire.

Ainsi Clotilde Dusoulier (du Podcast Change Ma Vie), Stéphane Soumier, Nathalie Balla, Emmanuel Chain, ou encore Augustin Paluel-Marmont de Michel et Augustin se sont succédés au micro de Pauline Laigneau, co-fondatrice du site de Joaillerie Gemmyo. C’est toujours passionnant car les invités se confient avec beaucoup d’honnêteté.

Voici l’un de mes épisodes préférés :


Pour s’abonner au podcast « Le Gratin », cliquez ici.

Vécus de Ticket For Change

Un format plus court, 15 minutes seulement , sur des galères d’entrepreneurs ou d’intrapreneurs et de retours d’expérience.
Le montage du podcast est très dynamique et se concentre sur les meilleures parties de l’interview.

Pour découvrir ce podcast, je vous conseille notamment celui-ci :


Pour s’abonner au podcast « Vécus », cliquez ici.

Génération Do It Yourself de Matthieu Stefani


via GIPHY


Toujours dans la veine des témoignages de personnalités, cet autre excellent Podcast vous propose le format le plus long et dépasse quelques-fois l’heure et demi.

Voici la liste de quelques personnalités qui ont accepté de se prêter au jeux :

  • David Abiker, excellent épisode pendant la promenade du chien (j’adore)
  • Marc Fiorentino, un ex-trader qui parle cash (jeu de mot pourri… ok)
  • Arnaud Montebourg,
  • Joël Dicker, le célèbre romancier
  • et même Pauline Laigneau que je cite au début de cet article

Pour découvrir ce podcast, je vous conseille notamment celui-ci :


Pour vous abonner, rendez-vous ici.

J’ai pu interviewer Matthieu pour le podcast Azzzap. Vous pouvez retrouver son histoire ici.

ConseilsMarketing de Frédéric Canevet

Frédéric Canevet est connu au travers de son blog ConseilsMarketing.com.

Ce que j’aime dans ce Podcast, c’est la nature très concrète des conseils de Frédéric sur le marketing digital.

Frédéric a d’ailleurs sorti un excellent livre sur le Growth Hacking récemment.

Pour découvrir le podcast, je vous conseille cet épisode :


Pour s’abonner au podcast « ConseilsMarketing.com », clique ici.

Génération XX de Siham

Génération XX fait partie de la même famille de Podcasts que Génération DIY ou Le Gratin.
La spécificité de celui-ci est d’inviter uniquement des femmes à raconter leur histoire.

Pour découvrir le podcast, je vous conseille cet épisode :



Pour vous abonner, rendez-vous ici.

Voilà, je vais sans doute enrichir cet article au fur et à mesure sur les podcasts de développement personnel et d’entrepreneuriat.

Azzzap ! , le podcast de MeetingSumo

Si je vous voulais faire l’auto-promo de MeetingSumo, je mettrais à cet endroit une belle promotion pour Azzzap !, le podcast de MeetingSumo pour être ZEN 🧘‍♀️🧘‍♂️ et EFFICACE 🚀. Mais je ne suis pas comme ça…



Si vous avez des Podcasts à conseiller, les commentaires sont à vous. Et j’espère vraiment vous avoir convaincu d’écouter au moins un de ces Podcasts. Ils aident à prendre du recul.


via GIPHY

Cette technique pour refuser une réunion sans passer pour un mauvais camarade

cette technique pour refuser une réunion tout en étant bon camarade

Refuser une réunion n’est pas chose facile. Parmi les dizaines de personnes que j’ai interrogées au début du projet MeetingSumo, une majorité a déclaré utiliser de plus en plus des réponses provisoires aux invitations qui lui sont faites. Bien souvent, « Peut-être » signifie en fait « refuser ». Pour autant, cela laisse l’organisateur dans l’incertitude alors qu’un refus plus net ne laisse pas d’ambiguïté. Comment refuser une invitation … tout en rendant la chose acceptable socialement parlant?

Refuser une invitation à une réunion sans passer pour un mauvais camarade :

Sommes-nous tous atteints par le M.A.S?


via GIPHY

 

Le M.A.S, c’est le Mindless Accept Syndrome décrit par David Grady dans ce célèbre TED.

David Grady lors de son célèbre TED sur les réunions
David Grady. TED@State Street, Boston, MA. November 6, 2013. Photo: Ryan Lash

via TED

« Accepter une réunion? Rien de plus simple ! Un clic et… je file à une autre réunion. » David Grady

Par contre, refuser une réunion, mmm….

C’est passer pour le mauvais camarade. Celui qui n’est pas prêt à concéder une heure de son temps à un sujet pourtant stratégique pour l’entreprise (si si … ).

C’est aussi nuire à la relation que nous pouvons avoir avec des collègues que nous voyons tous les jours.

Alors comment protéger son agenda sans devenir le vilain petit canard de l’entreprise?

Tout d’abord, en se posant les bonnes questions.

Les questions à se poser à la réception d’une invitation

via GIPHY

 

Cet article disponible sur le site d’Harvard Business Review nous donne des éléments sur les questions à se poser avant d’accepter ou de refuser une réunion :

  • cette réunion va-t-elle générer de la valeur?
  • suis-je la bonne personne pour cette réunion?
  • le sujet est-il une priorité pour moi?

Cette réunion va-t-elle générer de la valeur?

En fonction du contexte, il peut être intéressant de se demander si la réunion en soi est nécessaire.

J’ai déjà évoqué ShouldItBeAMeeting pour savoir si vous même vous devez organiser une réunion. Rien n’empêche de l’utiliser pour les réunions des autres et de partager la réponse de l’outil avec l’organisateur 😉

D’autres questions vont vous permettre de savoir si la réunion est partie sur les bons rails :

  • l’objectif est-il clairement défini?
  • l’agenda est-il noté dans l’invitation?
  • s’agit-il d’une réunion de décision? D’information (dans ce cas, un simple échange de mail n’est-il pas suffisant?)? un atelier de travail?
  • manque-t-il des participants indispensables?

Ces filtres vont vous permettre d’anticiper la valeur générée par la réunion.

Quitte à aider l’organisateur en lui posant ses questions ou en partageant vos doutes. Une réunion inutile annulée pour tous, ça n’a pas de prix.

Suis-je la bonne personne pour cette réunion?

Si la réponse à la première question est positive, il faut alors se demander si vous êtes vous-même la personne la plus pertinente pour cette réunion.

La réunion peut-elle répondre à ses objectifs sans votre participation intuiti personae? Si la réponse est oui, alors vous n’êtes peut-être pas nécessaire.

Là aussi, en cas de doute, un petit échange avec l’organisateur peut permettre de refuser en douceur sur la base des questions posées précédemment et de lui proposer un interlocuteur plus pertinent.

Le sujet est-il une priorité pour moi?

C’est le sujet le plus épineux.

En fonction de vos priorités du moment, vous pouvez aussi considérer votre participation à cette réunion.

Mais attention, là aussi, un échange avec l’organisateur est conseillé.

On peut ainsi lui fournir les éléments dont il a besoin en avance de la réunion pour montrer que vous êtes bon camarade et que vous essayez de concilier vos priorités avec les siennes par exemple sans forcément répondre positivement à son invitation.

David Grady donne là aussi en conclusion de son TED quelques pistes :

 

Ce qui nous amène à la technique pour refuser une réunion tout en étant bon camarade

via GIPHY

Dans toutes les « techniques » évoquées ci-dessus, on retrouve ce besoin d’échanger avec l’organisateur pour expliquer son propre refus ou proposer des pistes d’amélioration de l’agenda ou de l’objectif proposé.

C’est sans doute ça le secret.

Expliquer ses choix montre qu’on a pris le temps de réfléchir à l’invitation, qu’on est prêt à faire des propositions sur la réunion en amont pour en améliorer la qualité, que l’acceptation d’une invitation à une réunion est une chose sérieuse pour vous et que c’est déjà un premier signe d’engagement de votre part.

La réunion pour vous n’est pas une alternative pratique au travail 😉


la réunion, cette alternative au travail

Prioriser facilement ses objectifs avec cette méthode

prioriser ses actions

Prioriser est un art. Et cela demande d’y prendre du temps. Sollicité de toutes parts, il nous est quelquefois très difficile d’y voir clair dans nos propres priorités. Cet article donne une méthode pour définir ses priorités en s’inspirant des pratiques des G.A.F.A. Il donne aussi le secret pour s’y tenir. Bonne lecture !

Prioriser le  sommaire:

Comment les collaborateurs de Google définissent leurs objectifs

via GIPHY

 

Pour éviter de procrastiner, rien de tel que d’être convaincu par le sens de ses actions. Et pour cela, se poser la question du sens de ses objectifs plusieurs fois par an.

Mais combien de fois par an?
1 fois par an? Cela ressemble aux bonne résolutions dont on sait par plusieurs études qu’elle ne survivent pas au mois de février dans ¾ des cas.

Je me suis récemment intéressé à la façon dont Google définit les objectifs de chacun de ses 85 000 collaborateurs.

Voici comment cela se passe :

  • chaque collaborateur définit lui-même ses objectifs du trimestre
  • il les partage avec son équipe et ses collègues
  • Les pairs « évaluateurs » sont choisis par le collaborateur qui désigne 3 personnes.

Ce qui retient mon attention ici, c’est que ces objectifs sont partagés et trimestriels. Cela qui donne un cap, cap qui a fait l’objet de partage avec les gens pour avec qui vous bossez (donc chacun peut vous aider à les affiner si nécessaire) et les échéances sont assez brèves ce qui oblige à prioriser.

Comment l’Holacracy vous donne la bonne méthode pour prioriser

OK, à ce stade, on se dit que la définition des priorités (dont découle les objectifs, vous me suivez???) tous les trimestres semble être la bonne cadence.
Nous avons le contenant, mais pas le contenu.

Alors comment définir ses priorités?

Tout d’abord, il faut prévoir un temps pour ça dans son agenda.

Pas de powerpoint (comprendre « surtout pas de powerpoint »), un simple document word ou google doc suffit. Une page pas plus.


via GIPHY

 

Ce modèle est celui que j’utilise pour prioriser mes objectifs tous les trimestres. J’utilise le modèle de la réunion stratégique que l’on retrouve dans le livre « La révolution Holacracy” de Brian J Robertson.

Voici les rubriques de ce document :

  • La période : donc le trimestre concerné.
  • Le bilan du trimestre précédent : les bonnes surprises, les mauvaises… bref, un bilan quoi…
  • Les enjeux de la période à venir : finalement quels sont les priorités potentielles que je peux me fixer. On en met ici autant qu’on veut.
  • La stratégie : sur quel(s) enjeu(x) allez-vous mettre votre énergie en priorité quitte à ne pas traiter les autres enjeux? C’est ici où vous allez vous limiter le plus possible (1 à 2 enjeux) pour avoir une priorisation claire et non des P0 P1 P2 qui ne veulent rien dire car on a l’impression qu’on doit finalement tout traiter.

Je vous donne un exemple avec celui de MeetingSumo :


Comment prioriser grâce à ce template word
Vous pouvez télécharger le template ici.

Comment vous pouvez vous tenir à vos priorités en appliquant cette simple règle

via GIPHY

Nathan Blecharczyk a partagé sur le site LifeHacker sa méthode de gestion du temps.

 » Je remplis mon agenda à l’envers, c’est à dire, en partant de la fin de journée pour arriver au début de journée. J’essaie de réserver la matinée au « vrai travail ». C’est plus facile de se concentrer le matin. Plus difficile d’être concentré après plusieurs réunions. Je préfère donc caler les réunions en seconde partie de journée. »

Nathan Blecharczyk semble attacher une importance toute particulière à sa capacité de concentration.

Il conseille un peu plus loin dans l’interview un casque à réduction de bruit pour survivre à son environnement de travail.

Cela nous amène au secret pour traiter ses priorités.

Dan Ariely, professeur en psychologie et comportements économiques (oui ça existe) à l’université de Duke (ça aussi ça existe et pas que dans « Shérif, fais-moi peur »), nous apprends que les deux heures qui suivent le réveil sont les heures les plus propices à la productivité.

Le secret est donc de réserver vos premières heures de travail aux actions qui vont vous amener à atteindre vos objectifs.

Une raison « scientifique » de refuser les réunions du matin 😉


via GIPHY

 

D.R.Y / DRY : ce secret de développeur pour gagner du temps

La méthode DRY appliqué à sa propre productivité

J’apprends en ce moment le langage de programmation SWIFT pour développer des applications iOS pour iPhone, iPad, Apple Watch et Apple TV. Dans ce cours, une notion m’a marquée. Cette notion, ou plutôt ce principe, permet aux développeurs d’alléger leur code. Ce principe s’appelle D.R.Y (ou DRY). L’objectif de ce billet est de voir comment ce principe pour nous amener à revoir notre façon de travailler.

au sommaire :

que veut dire un développeur quand il évoque D.R.Y?

via GIPHY

 

Fin de l’insoutenable suspens… 😎

D.R.Y (ou DRY) veut dire…

  • Don’t
  • Repeat
  • Yourself

C’est un principe qui permet au code de rester le plus léger possible.

Wikipédia le formalise ainsi :
« Dans un système, toute connaissance doit avoir une représentation unique, non-ambiguë, faisant autorité »

Il existe le principe opposé, W.E.T comme selon les sources « Write Everything Twice » ou «  »We Enjoy Typing »… et je m’arrête là car … c’est typiquement un cas de WET étant donné que ces informations sont disponibles derrière ce lien 🤪 .

Cela amène les développeurs à créer des fonctions qui vont factoriser des calculs à différents ensembles de données plutôt que d’écrire des lignes de code pour chaque ensemble de données. Une multiplication, c’est déjà D.R.Y :
W.E.T =
1+1+1 = 3
D.R.Y =
1*3 = 3

Appliquons ce principe pour améliorer sa productivité.

Les questions à se poser pour appliquer le principe D.R.Y

via GIPHY

 

Derrière D.R.Y se pose plusieurs questions répertoriées dans cet article:

  • quelles sont les actions récurrentes de votre to do list?
  • combien d’étapes sont nécessaires pour ces actions?
  • qu’est ce qu’il y a comme fonctionnalité dans les outils que vous utilisez déjà qui pourrait vous aider à automatiser les tâches?
  • quels sont les autres outils qui peuvent vous aider à traiter plus rapidement ces actions?

Il faut prendre du temps pour répondre à ces questions. On perd souvent du temps à ne pas en prendre (oui, la philosophie, c’est un métier 🥴 ).

quelques exemples d’actions qui vont vous éviter de vous répéter

via GIPHY

 

Voici quelques exemples d’actions simples à mettre en place  :

Ils sont forts ces développeurs.

 

via GIPHY

 

Les secrets des réunions de travail de la Silicon Valley

Les secrets de réunion de la silicon valley

Dans le livre de Kevin Kruse « 15 secrets successful people know about time management », un chapitre est consacré aux rituels de réunions chez quelques entreprises reconnues de la Silicon Valley comme Google ou Apple. Voici ce que je retiens de ce chapitre.

Au sommaire :

Les journées thématiques de Jack Dorsey, fondateur de Twitter

via GIPHY

Le fondateur de Twitter est également le patron de Square, entreprise qui propose des solutions de paiement via smartphone.

Jack Dorsey 2012 Shankbone.JPG
Par David ShankboneTravail personnel, CC BY 3.0, Lien


Comme il l’explique, Jack Dorsey consacre chaque jour de sa semaine à des thèmes différents et jongle entre les deux entreprises.

Voici l’agenda typique de Jack Dorsey :

  • Le lundi est consacré à la gestion et au management de ses deux entreprises
  • mardi est la journée consacrée aux aspects « produit »
  • mercredi, c’est la journée du marketing et de la communication
  • jeudi, c’est la journée des partenariats
  • vendredi est quant à lui consacré aux recrutements
  • samedi, c’est sport
  • dimanche, réflexion, stratégie, préparation de la semaine.

Et pourquoi pas une journée sans réunion de travail?


via GIPHY

Autre façon de donner un thème à une journée qui amène au sujet de post.

Chez Asana, l’entreprise qui a lancé le service du même nom (une to do list collaborative), le mercredi est la journée sans réunions de travail. Cette dernière est consacrée aux activités de  » production ».

C’est le Maker Day.

L’horloge magique de Marissa Mayer

via GIPHY

Marissa Mayer a déjà été citée sur ce blog. Elle découpe son agenda en créneaux de 10 minutes. Le livre de Kevin Kruse , « 15 secrets successful people know about time management », met l’accent sur une autre pratique de l’ex-dirigeante de Yahoo.

Marissa Mayer utilisait chez Google un projecteur pour afficher un minuteur et ainsi être sûr de ne pas dépasser le temps imparti à chacune de ses réunions de travail.

Jake Knapp, Design Partner chez Google Venture, préfère lui les solutions issues du monde réel à celles issues du monde virtuel en la matière.  C’est ainsi qu’il recommande l’utilisation d’un bon vieux minuteur physique, visible de tous les participants de la réunion.

Personnellement, j’ai récemment acheté celui-ci sur amazon et il fait l’affaire. Je recommande cependant un format plus gros, encore plus visible de tous, quitte à y mettre le prix.


Les réunions ballades de Steve Jobs et les stand-up de Richard Branson


via GIPHY

Une étude de 1999 du Journal de Psychologie Appliquée montre que les réunions au format traditionnelle (comprendre « avec une siège ») sont en moyenne 33%  plus longue que les réunions « stand-up » (donc debout).

D’ailleurs, Richard Branson est féru de stand-up meeting.

Steve Jobs, comme le montre la fameuse bio de Walter Isaacson, pratiquait lui la réunion ballade (les Walking Meetings) qui est déjà largement évoquée sur ce blog.

Les réunions de travail qui en évitent plein d’autres, les daily meetings


via GIPHY

Le Daily Meeting (appelé aussi Daily Huddle) est un rituel qui réunit une équipe tous les matins généralement, qui se tient debout et qui vise à s’assurer que toutes l’équipe à l’information dont elle a besoin pour avancer et délivrer aussi vite que possible.

Généralement, l’agenda est composé de 3 choses :

  • Les infos importantes des dernières 24 heures
  • les chiffres du jour (ventes, taux de conversion etc…qui guident l’activité)
  • Les points d’achoppement ou les questions auxquelles il faut répondre

La mise en place de ce rituel s’accompagne généralement d’une baisse du nombre de mail échangé et d’une baisse du nombre de réunions de travail.

Tout à gagner à le tester n’est-ce pas?


 Si vous souhaitez en savoir plus, je vous recommande vivement le livre de Kevin Kruse, « 15 secrets successful people know about time management », disponible sur Amazon en de multiples formats.


MeetingSumo organise sa première conférence en ligne gratuite !

Hello,

MeetingSumo est aujourd’hui disponible en bêta sur iOS. Une des choses que les testeurs apprécient le plus, ce sont les astuces du Sumo 💡.

Le retour sur ces astuces est très bon et je souhaite aujourd’hui pouvoir partager quelques-unes de ces pratiques non seulement avec les abonnées de la newsletter du site, mais aussi avec les personnes qui ont besoin d’avoir quelques clés pour gérer sans stress leur to do list.

C’est pourquoi, je vous propose une première conférence en ligne gratuite pour tous le 5 février 2019 , entre 10h00 et 11h00. 🗓 . Une façon originale de vous souhaiter une très bonne année !🎉

Son titre est : « Etre plus ZEN 🧘‍♀️🧘‍♂️ et plus EFFICACE 🚀 en 15 minutes par jour »

Pour y participer, c’est très simple, il suffit de s’inscrire en cliquant ici.

Au programme, une méthode simple pour :

  • Identifier vos priorités
  • Réduire le temps passé en réunion
  • Traiter plus efficacement les points de votre to do list
  • Gérer plus efficacement vos mails professionnels
  • Rester concentré(e) au travail

Pour remercier les participants, ces derniers pourront télécharger les slides 📕de la conférence qui regorgent de méthodes, d’outils et lectures qui vont vous aider à être plus efficace et plus zen.

Si cela est susceptible d’intéresser un(e) ami(e), n’hésitez pas à partager cette page !

Alexandre

Prioriser les tâches de sa to do list avec cette technique secrète

Prioriser les tâches de sa to do list

Il y a mille façons de prioriser les tâches de sa To Do List. J’ai moi-même utilisé différentes méthodes, notamment la fameuse matrice d’Eisenhower popularisée par Steven Covey dans son best-seller. La découverte récente d’une autre méthode et d’une botte secrète que je vais partager ici m’ont amené à revoir mon fonctionnement pour prioriser les tâches de ma to do list.

au sommaire :

La matrice d’Eisenhower

via GIPHY


La matrice d’Eisenhower est une méthode simple pour prioriser les tâches de sa to do list.

Elle se présente sous cette forme :

Matrice d’Eisenhower.png
Par OfolTravail personnel, CC BY-SA 4.0, Lien

L’avantage, c’est que le classement de ses tâches se fait rapidement.
Le problème, c’est que finalement, en gérant correctement  les actions prises ou initiées, il y a très peu de choses, voir aucune, qui tombe dans la colonne « non important ».

On se retrouve donc à devoir arbitrer uniquement par le niveau d’urgence sans savoir si certaines actions ont un degré d’importance moindre relativement aux autres.

Un camarade m’a récemment dit prioriser ses tâches en s’inspirant d’une méthode de travail agile, la méthode SAFe qui peut répondre à ce point de douleur.

La méthode de priorisation SAFe

SAFe couvre beaucoup plus d’aspects que la simple priorisation des fonctionnalités à intégrer dans un produit, comme vous pouvez le voir ici.

Pour prioriser les fonctionnalités à développer dans un logiciel ou une application par exemple, certains groupes projets agiles utilisent la méthode WSJF (© Scaled Agile, Inc.) : « Weighted Shortest Job First », en bon français « la plus importante ou la plus courte fonctionnalité d’abord « 

Voici les critères:

  • la valeur business : est-ce que nos clients vont préférer cette fonctionnalité ou une autre? Est-ce que cette fonctionnalité impacte le chiffre d’affaires? Sommes-nous passibles d’une amende si nous ne développons pas cette fonctionnalité?
  • l’urgence de la tâche : est-ce que la valeur business de cette fonctionnalité baisse si nous attendons? Y-a-t-il une échéance précise? Les utilisateurs vont-ils choisir une autre solution que la nôtre si nous ne développons pas cette fonctionnalité?
  • la réduction du risque ou la possibilité de nouvelles opportunités : est-ce que le développement de cette fonctionnalité réduit le risque pour les futures mises à jour? est-ce que cette fonctionnalité va nous permettre d’en sortir d’autres encore plus pertinentes?
  • l’effort nécessaire : est-ce le développement de cette fonctionnalité nécessite beaucoup de ressources ou de temps?

Chacun de ces critères doit être notés selon la suite de Fibonacci ( soit : 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21).

Voici comment calculer le score WSJF d’une tâche :

Le coût du retard = la valeur business + l’urgence de la tâche + la réduction du risque ou la possibilité de nouvelles opportunités
Le score de la tâche = Le coût du retard / l’effort nécessaire.

Vous allez me dire:  » t’es gentil mais j’ai pas le temps de faire ça sur chacune des lignes de ma To Do List ».

et c’est là que je sors mon atout majeur… ma botte secrète.

La botte secrète

Si vous utilisez Trello comme outil de To Do List, vous allez pouvoir bénéficier d’un plugin secret qui va vous permettre une priorisation rapide et « scientifique » de vos tâches.

Voici comment activer ce plugin.

  • dans Trello, créez une équipe et associez votre tableau de To Do List à cette équipe
  • ouvrez le lien suivant : https://trello.com/power-ups/admin et choisissez l’équipe précédemment créée. Ici c’est « Entreprise » pour moi : Le plugin SAFe de Trello
  • Vous allez ensuite vous retrouver sur cette page : Créer un plugin SAFE Trello
  • cliquez sur « Create a Power-UP »
  • un formulaire va apparaître. Nous allons le remplir ensemble.
  • Power-up name : choisissez le nom que vous souhaitez
  • Power-up capabilities : voici ce qu’il faut cocher Un super Power Up Trello pour Prioriser ses tâches
  • iFrame Connector URL : https://chipalou.github.io/wsjf2/index.html

Voilà, le plugin secret est maintenant activé.

Pour l’utiliser, rendez-vous sur le tableau To Do.

Pour chaque action/chaque carte, un nouveau champ WSJF apparait en rouge :

Le plugin SAFe est activé

Clique sur le champ rouge, un mini-formulaire permet d’évaluer chaque critère :

Evaluer les différentes valeurs de la tâche

Une fois chaque critère évalué et le bouton « Save » cliqué, le score de ta tâche va s’afficher sur la carte :

Tadaaaa le score apparait

Et voilà, maintenant, vous savez sur quelle tâche il faut que mettre son énergie en priorité dès à présent.

Merci à Philippe S pour la création de cet excellent plugin !

Journal de bord : épisode #5, à la recherche d’associé(e)s

Hello,

Un épisode du journal de bord un peu spécial aujourd’hui.

L’application MeetingSumo est entre les mains de 150 testeurs depuis début septembre et, bien que cette béta soit très imparfaite, une très grosse majorité d’entre eux l’utilisent encore aujourd’hui.

Je souhaite donc aller plus loin et me lancer dans une seconde version, plus aboutie et surtout « commercialisable », ce qui n’est pas le cas de cette première version, ce n’était pas son objectif.

Mais pour cela, il me faut former une équipe à même de porter le produit sur le marché et de convaincre des investisseurs.

Alors voilà, si vous êtes développeur/développeuse, avec une bonne expérience de développement d’applications mobiles, je serais ravi de vous rencontrer pour devenir co-fondateur de MeetingSumo.

Idem, si vous êtes designer.

Je ne pense pas que cela nécessite dans un premier temps de s’y consacrer 100% de votre temps. Je suis ouvert au fait que cela soit en plus de votre activité professionnelle bien entendu.

Je précise que le Business Plan a été travaillé avec EPIGO,  cabinet qui accompagne les startupers notamment et qui travaille également avec les grands groupes.

Vous trouverez ici les éléments nécessaires pour en savoir plus.

Vous pouvez me contacter via ce formulaire ou via les moyens de contact que vous trouverez derrière ce lien.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui,

Alexandre

Organiser son planning de travail grâce à Trello

Organiser son planning de travail via Trello

Organiser son planning de travail et surtout le respecter, est une gymnastique difficile. Il faut donc s’appuyer sur les bons outils et les bonnes méthodes pour ne pas perdre de vue ses objectifs . Trello peut vous aider. Voici comment.

au sommaire :

A quoi sert Trello?


via GIPHY


Trello a l’origine est un outil développé par la société Fog Creek Software pour régler des problèmes internes de planification en 2010.
7 ans après , après sa mise à disposition pour le grand public en 2012, Trello a été revendu à Atlasian 425 millions de $.

Une belle histoire non?

Mais à quoi sert Trello?  C’est un outil de Kanban à l’origine.

Soit l’équivalent digital de ça :

Kanban Board for software development teams.png
Par 瑜珈熊Travail personnel, CC BY-SA 4.0, Lien

Mais l’outil est tellement souple qu’il peut servir à de multiples choses.

Par exemple, on peut l’utiliser comme un outil de CRM en listant ses différents prospects ou même pour gérer les courses de la maison.

J’ai posé il y a quelques semaines à mes contacts Linkedin la question suivante :

Comme vous pouvez le voir, j’ai eu quelques réponses 😉

Et une partie très importante m’a répondu utiliser Trello comme outil de To Do List pour organiser son planning de travail.

Pour ceux qui ne connaissent pas Trello, cela me semble intéressant d’en partager les bases et de monter en quoi cela peut être, en effet, un excellent planning de travail.

C’est parti !

Créer son premier tableau du Trello


via GIPHY

Pour créer son premier tableau Trello, il faut bien évidemment se créer un compte si ce n’est déjà fait sur cette adresse.

Gardez la version gratuite. La version payante n’est pas nécessaire pour utiliser Trello en To Do List.

Pour connaître les grands principes de fonctionnement de Trello, je vous invite à regarder cette courte vidéo :


Je vous propose ensuite de créer un tableau que nous allez appeler « Planning de Travail » ou « To Do List » ou « Jean-Pierre », c’est vous qui voyez… Idem pour le fond d’écran, une photo de votre belle-mère ou de votre plus beau tatouage, c’est idem. Peu d’importance à ce stade.

Les bases d’un bon planning de travail

C’est ici que commence les choses sérieuses.

Je rappelle quelques bases d’une bonne to do list dans cet article.

Sans vous rédiger à nous tout l’article (fort riche au demeurant), voici quelques principes qui vont nous guider dans la création de notre tableau  :

  • un projet n’est pas une action
  • un projet est une somme d’actions
  • s’empêcher de faire quelque chose d’inutile ou qui ne répond pas à ses objectifs c’est aussi important que faire quelque chose qui y répond
  • une idée n’est pas une action
  • l’information nécessaire pour traiter l’action doit être disponible à un clic du libellé de l’action
  • commencer les libellés des tâches par des verbes d’action
  • archiver les tâches réalisées quelque part, ça fait du bien au moral
  • garder un maximum de 20 actions dans sa To Do List
  • mettre les actions les plus prioritaires en tête de liste, et…
  • distinguer les tâches rapides à réaliser des tâches plus chronophages

Voilà, maintenant que nous avons les bases, nous pouvons nourrir notre beau tableau.

Créer la structure de votre planning de travail sur Trello

Partant de là, voici les colonnes qui me paraissent indispensables :

  • une colonne « Objectifs du moment » : …pour toujours mettre en regard mes actions et mes objectifs
  • une colonne « à commencer » :  …sans notion d’urgence pour l’instant, même si on peut grâce à Trello assigner une échéance à cette carte.
  • une colonne « à faire aujourd’hui » : …en d’autres termes, si je n’arrive pas à réaliser ses actions dans la journée,  ma journée est loupée. Il est conseillé de se concentrer sur  5 actions maximum.
  • une colonne « en attente d’éléments » : pour avoir en tête ce que j’attends des autres pour pouvoir avancer.
  • une colonne « en cours » : pas nécessaire d’expliciter j’imagine
  • une colonne « réalisés » : on reprend ici la notion de tâches réalisées archivées pour être satisfait de tout ce que vous avez réalisé
  • une colonne « idées » : je liste toutes les idées qui me viennent. Ce ne sont pas encore des actions. Cela demande par contre, si je suis convaincu, de caler une action du type  » prévoir un créneau de réflexion » sur l’idée « blablabla »…
  • … et enfin, pour prendre en compte le conseil de Warren Buffet, une colonne « Lectures », avec tous les livres qui peuvent m’aider à atteindre mes objectifs.

Et voilà, un chouette tableau qui repose sur de bonnes bases.

Voilà ce que ça donne à ce stade :

Les bonnes colonnes d'un planning de travail sur Trello

Remplir son planning de travail sur Trello

Il s’agit maintenant de le remplir. Nous allons utiliser le plein potentiel de Trello en version gratuite.

C’est parti.

Décrire les objectifs du moment

Tout d’abord, notez dans la colonne objectifs vos objectifs du moment.

Pour cela, créez une à plusieurs cartes comme la première vidéo dans cet article vous le montre.

Voici ce que cela donne pour moi :

Définir les bons objectifs est une étape importante

Vous remarquerez que j’utilise également les étiquettes de couleur pour ensuite plus facilement filtrer les actions et les idées. Je peux aussi utiliser les dates d’échéance pour mettre une tension dans mon planning.

Je vais ensuite remplir les autres colonnes en fonction de l’avancée des actions.

Remplir les autres colonnes

Rien de plus simple.

Il faut cependant bien commencer par des verbes d’action le libellé de chaque carte comme ici :

Les actions doivent toujours commencer par un verbe d'action

Vous remarquerez que j’ai utilisé également la possibilité d’étiqueter les cartes en fonction de l’objectif auquel l’action contribue.

J’ai également ajouté une date d’échéance.

Je peux aller plus loin et utiliser la checklist par exemple :

La checklist de Trello est très pratique

Au final, voici ma To Do List :

Ma To Do List dans Trello

Voilà, c’est fini pour ce long tuto.

Je n’ai pas abordé la priorisation et le ratio Valeur vs Temps passé, Je vous proposerais certainement un article à part entière sur le sujet.

Si vous avez de bonnes astuces à partager, les commentaires sont là pour ça !

Open Space : quelle musique pour se concentrer au travail?

La musique permet de se concentrer au travail

Sur un open space, qui n’a jamais été interrompu dans son travail par un collègue ou des collègues qui parlent un peu trop fort? La solution la plus rapide pour se concentrer reste sans doute d’écouter de la musique .

au sommaire :

La musique nous aide-t-elle à nous concentrer?

Chaque être humain dispose de deux systèmes de « concentration ».

C’est ce qu’explique cet article du Guardian :

  • le système « conscient » qui nous sert à lire un document par exemple, ou traiter une tâche
  • le système « inconscient » qui « surveille » l’environnement des fois qu’une bestiole n’ait envie d’un déjeuner en forme de nous. 😉 C’est ce système qui confond votre aimable collègue qui parle un peu fort avec un tigre.

Et donc oui, cela peut sembler contre-intuitif, mais la musique permet de calmer le second système pour mieux occuper le premier.

Mais ce n’est pas tout le temps le cas.

Toutes les musiques n’aident pas à la concentration

Parcourons les facteurs qui font que la musique va vous aider à vous concentrer au travail… ou pas.

C’est l’objet d’un article consacré aux recherches du docteur Haake.

Tout d’abord, la complexité de la structure du morceau.

Un morceau de rock progressif sera sans doute plus distrayant qu’un morceau de pop à 3 accords un peu plus monotone.

Ensuite, les paroles. Une chanson dans votre langue natale vous distraira sans doute plus qu’une chanson dans une autre langue.

Autre facteur, l’habitude. Si vous êtes habitué à écouter de la musique en travaillant, la musique vous aidera à vous concentrer. A l’inverse, si ce n’est pas votre cas, la musique va vous distraire.

Quatrième facteur : la difficulté de la tâche que vous êtes en train d’accomplir. Plus elle est difficile intellectuellement, plus la musique risque de vous distraire.

Enfin, dernier facteur, votre consentement. Si quelqu’un vous impose un morceau, vous aurez plus de mal à vous concentrer.

Donc la musique vous aide à vous concentrer mais il faut bien la choisir.

Les valeurs sûres pour se concentrer au travail

Il y a tout de même quelques valeurs sûres.

La musique classique, plus particulièrement la musique Baroque et Mozart, aide à la concentration. C’est l’objet de cette étude d’une revue scientifique.
David Allen, auteur de l’ouvrage de référence Getting Things Done sur la productivité personnelle recommande les Quatre Saisons de Vivaldi.

Les sons de la nature sont aussi excellents pour la concentration. Avant de vous précipiter chez Nature et Découvertes, fouillez les playlists de votre service de streaming musical comme Deezer ou Spotify. On y retrouve une foule d’albums de bruit de la nature. Et pour ceux qui ont un assistant vocal Echo, il existe des skills pour simuler le bruit du tonnerre ou celui de la pluie.

La musique d’ambiance ou les bandes originales de films aident également. A titre personnel, je recommande Hans Zimmer et notamment la bande originale grandiose du film Interstellar. Les moments les plus épiques donnent un regain de forme à votre productivité.

Certains conseillent également la musique de jeu vidéo.

Pourquoi pas…

Comment choisir ses morceaux?

Quelques variables peuvent aider à choisir son ambiance sonore :

Il existe aussi une application qui va vous permettre de vous concentrer en musique.

Brain.fm pour vous concentrer en musique

Brain propose des ambiances sonores en fonction des situations :

  • besoin de concentration
  • besoin de méditer
  • besoin de dormir (au bureau, ça peut être mal vu mais bon c’est vous qui voyez)
  • besoin d’un boost d’énergie
  • ou de se relaxer

Vous pouvez télécharger Brain ici !

C’est tout pour aujourd’hui !

5 applications pour tous types de réunion de travail

Les outils pour les réunions

J’avoue, je suis un peu geek et j’adore tester de nouvelles applications. Surtout lorsqu’il s’agit de productivité. Je vais donc vous en faire profiter en partageant avec vous 5 coups de coeur. Leur point commun? Etre de bons outils pour les réunions de travail.

au sommaire :

Evernote, l’outil ultime pour prise de notes en réunion

Pas vraiment une découverte de l’année, mais indispensable pour moi. J’ai déjà évoqué longuement Evernote dans un précédent article. Vous pouvez notamment découvrir comment Evernote a fait évoluer son produit en proposant désormais des modèles pour la prise de notes.

Cette vidéo explique bien la chose.

Télécharger Evernote

Klaxoon, l’outil ultime pour les brainstorms à distance

J’utilise Klaxoon assez régulièrement en tant qu’organisateur de réunion ou simple participant.
Klaxoon, c’est un service web qui propose plusieurs outils pour animer vos réunions, soit en présentiel, soit à distance.

La fonction que j’utilise le plus, c’est le brainstorm, l’équivalent numérique du paperboard et des post-it.


Découvrir Klaxoon

Trello, l’outil ultime pour les stand up meeting

Sans doute l’outil que j’utilise le plus en réunion. Trello est à l’origine un outil de Kanban pour visualiser l’avancées des différentes tâches d’un projet. C’est un excellent outil :

  • simple d’utilisation,
  • entièrement personnalisable avec la possibilité d’utiliser des exensions pour connecter Trello aux outils que vous utilisez par ailleurs.

il remplacera très avantageusement un fichier excel dans certains cas, des slides de roadmap ou ce genre de données qui par définition bouge souvent.

Découvrir Trello

Reason8 , un outil de prise de note en devenir?

Une application que j’ai découverte récemment en travaillant sur les différents outils pour rédiger un comptes rendus rapidement.

Le concept de Reason8 est simple. Plutôt que de saisir les compte rendus de vos réunions, vocalisez-les, c’est plus rapide !

Pour l’instant assez performant en anglais.


Découvrir Reason8

Meeting Cost Timer, l’outil ultime pour se dire qu’une réunion peut couter chère

Enfin, une application d’une simplicité biblique. Meeting Cost Timer vous propose d’afficher au fur et à mesure du déroulement de votre réunion, le coût de cette dernière.
Un peu stressant sans doute, mais c’est un bon outil pour prendre conscience de ce coût caché qu’est le temps de réunion inutile.

Télécharger Meeting Cost Timer

Et vous? Des outils à recommander? Rendez-vous dans les commentaires !

Journal de Bord : épisode #4, les nouvelles versions

Le journal de bord de MeetingSumo

Hello,

Le test de l’application a débuté il y a quelques semaines maintenant et je pense que c’est le moment de rédiger une nouvelle carte postale sur le blog.

Alors où en sommes-nous?

Et bien, tout d’abord vous êtes de plus en plus nombreux à tester l’application, nous avons largement dépassé la centaine pour atteindre 180 testeurs aujourd’hui. Merci aux testeurs d’avoir pris le temps de télécharger l’application et pour certain de me faire des retours toujours riches et très intéressants.

D’autres testeurs vont avoir accès à l’application grâce au Lab Orange qui met en avant MeetingSumo :

 

D’autre part, l’application a été mise à jour deux fois depuis septembre :

  • La première pour corriger un bug qui faisait crasher l’application et rendre l’application compatible avec l’iPad
  • La seconde pour pousser encore plus la partie « challenges » que beaucoup de testeurs apprécient

Si vous avez vous-même l’application sur votre iPhone, n’hésitez pas à la mettre à jour si ce n’est pas déjà fait en vous rendant dans la rubrique « Mises à jour » de l’Appstore:

Mettre à jour MeetingSumo dans l'appstore
 

Grâce à cette mise à jour, tous les matins, le Sumo va vous envoyer un conseil de productivité.

D’autre part, je vous invite à partager autour de vous et sur les réseaux sociaux le nouvel accueil du site, plus design et clair :

Le nouvel accueil de MeetingSumo
Le nouveau design de MeetingSumo

Enfin, la V2 de MeetingSumo est en cours de conception.

Cette version veut avoir une approche plus large de la productivité et du coaching.

Mais, il est un peu tôt pour vous en dire plus.

A bientôt !

Alexandre

Rédiger plus rapidement un compte rendu de réunion de travail

Rédiger un compte rendu grâce à Evernote

Compte rendu d’une confidence. Je me suis récemment penché sur l’optimisation de ce site pour répondre au mieux aux recherches que vous faites sur Google. Une des recherches les plus fréquentes , dans le champs sémantique de la « réunion », c’est celle du terme « compte rendu ».C’est vrai,  Je n’ai pas mis de tiret, car vous n’en mettez pas non plus, sur Google en tous cas 😜 . Alors plutôt que de vous permettre de télécharger des exemples de compte rendu (oui, je ne mets pas de tiret et encore moins de « s », Google appréciera, la grammaire un peu moins) , je vous propose de passer directement à l’étape suivante et de découvrir comment Evernote va vous permettre perdre le moins de temps possible pour rédiger ce fameux compte rendu. Allez, à vos smartphones, iPad, PC, Mac… !

Au sommaire:

Le problème avec le compte rendu

Pensez au temps que prend une réunion.

Une réunion, c’est le temps de la réunion mais aussi le temps de sa préparation et le temps de son compte rendu. Du moins, si cette dernière phase vous semble nécessaire et si vous avez décidé de rédiger le compte rendu après la réunion de travail.

Car mieux ne pas y passer trop de temps.

Au cours de la petite enquête que j’ai pu faire auprès d’une trentaine de personnes pour préparer MeetingSumo, je me suis rendu compte, à vrai dire sans trop de surprise, que la plupart du temps, seul le rédacteur du compte rendu lisait sa prose.

Et donc, mieux vaut ne pas y passer trop de temps.

Pour cela, plusieurs solutions que je vais balayer dans cet article.

Pourquoi choisir Evernote?

Il existe une foule de solution pour prendre des notes pendant une réunion. Je vais me concentrer sur la plus connue, Evernote.

Pourquoi? Il me semble important d’utiliser une application de notes qui ne puissent pas fermer du jour au lendemain.

Donc priorité aux « gros » et notamment Evernote que je connais assez bien.

Télécharger les «modèles» d’Evernote

Evernote est l’acteur historique de la prise de notes sur Mac, PC et smartphones.

Depuis quelques semaines, le service propose une fonctionnalité permettant d’aller « piocher » des modèles pour prendre des notes de réunion. Et parmi ces modèles, nous en trouvons certains dédiés aux réunions bien sûr.

En voici quelques-uns disponibles ici :

  • le modèle de programme de réunion
  • le modèle session de brainstorming
  • le modèle pour prendre des notes de réunion
  • le modèle pour prendre des notes de réunion

Pour savoir comment fonctionne les modèles Evernote, voici une vidéo qui l’explique :


Utiliser la fonction « présentation » d’Evernote

Cette fonctionnalité de « modèle » se marie bien selon moi avec celle de « présentation ».

Je m’explique, au lieu de revenir sur vos notes, après la réunion, autant finaliser le compte rendu en séance en projetant vos notes directement.

Ça permet de rédiger le CR en temps réel et de ne plus à avoir à s’en soucier ensuite. Un temps précieux gagné.


Exporter ensuite la note ou partagez-là directement avec les personnes présentes

Si l’usage d’Evernote est largement répandu dans votre entreprise, l’export  de la note n’est pas utile.

En effet, Evernote propose une fonction de partage de note entre utilisateurs d’Evernote très simple à mettre en place.

Il suffit de cliquer sur « partager » et d’indiquer l’adresse mail de vos contacts.


En bonus, vos collègues pourront ensuite commenter vos notes en fonction du niveau de permission que vous avez décidé (consultation, édition etc…). Vous pouvez également  partager un lien qui rendra visible la note par toute personne en sa possession, utilisateur d’Evernote ou pas. Une option plus risquée.

Si l’usage d’Evernote n’est pas généralisé, vous pouvez choisir de partager la note par email.

En suivant les étapes de cet article, vous n’aurez normalement pas besoin de temps supplémentaire pour rédiger un compte rendu de réunion.

Et vous, vous avez des astuces pour vos compte rendus? Si oui, l’espace commentaire vous est ouvert !