Journal de bord : épisode #1, les origines du projet

En plus des bonnes pratiques trouvées ici ou là sur le web et dans ma propre expérience, je souhaite profiter de ce blog pour donner des nouvelles du projet. C’est le premier billet de ce genre, je me permets donc de revenir sur les épisodes précédents.

Mais commençons par les nouvelles les plus fraîches de Meetingsumo. Tout d’abord, la prochaine échéance…

L’actualité du projet

Mon objectif est de pouvoir proposer une première version fonctionnelle du service d’ici un mois aux personnes qui souhaitent tester le prototype. Vous êtes aujourd’hui un peu plus d’une centaine à vous être manifestés pour tester la première version.

Attendez-vous à quelque chose de très simple mais qui répond à votre principale attente.

C’est bien l’objectif de cette première vague de test. Vérifier que le cœur du produit que je souhaite proposer est pertinent.

Sachez que vous pouvez suivre l’aventure Meetingsumo sur LinkedIn et Twitter sur mes comptes perso ou sur Facebook désormais, sur une page dédiée.

Au programme, des nouvelles du projets, le partage des billets du blog mais aussi des lectures intéressantes sur la productivité.

Les origines du projet « Meetingsumo »

L'accueil avec l'icon MeetingsumoAu départ, je me suis interrogé sur une  problématique à résoudre, celle des réunions.

Pas forcément dans l’idée de proposer un service mais plutôt dans l’idée d’améliorer la gestion de mon agenda.

Depuis, il s’est passé plein de choses.

La lecture de livre « Running Lean » d’Ash Maurya , m’a donné la méthode à appliquer pour se donner un maximum de chances de proposer un service pertinent.

Rédiger un Lean Canvas, vérifier les hypothèses une par une au travers notamment d’un trentaine d’entretiens dans des entreprises très différentes sans avoir le début d’un commencement de solution. Un bel exercice de patience et d’endurance.

Au premier trimestre 2018,  j’avais assez de matière pour commencer à réfléchir à une solution. Les principales douleurs exprimées étaient devenues claires pour moi.

Je prends la peine de vérifier que les douleurs que j’avais identifiées sont bien les bonnes au travers d’une enquête quantitative à laquelle beaucoup d’entre vous ont répondu. Vous pouvez  toujours y répondre en cliquant ici.

En parallèle, je me forme  sur Udemy à Sketch, un logiciel équivalent d’une suite type Adobe Photoshop, pour pouvoir présenter des maquettes potables de la solution.

Je pense, fin du premier trimestre, avoir un prototype assez robuste pour prendre des coups, ceux de la trentaine d’entretiens suivants, cette-fois ci dédiés à tester l’appétence à la solution proposée.

Cela me permet d’affuter petit à petit ma vision du produit.

Au bout de 4 itérations de la solution initiale, prenant en compte les retours des interviewés,  je pense tenir mon MVP,Minimum Viable Product.

Entre temps, une autre lecture m’ouvre les yeux sur un terrain que je ne connaissais pas bien, la Gamification. C’est vraiment un élément important qui est maintenant au coeur de MeetingSumo depuis la 3ème version des maquettes.

Les premières leçons

La première leçon, c’est qu’on improvise pas un entretien.

Il est important de bien se renseigner avant sur les bonnes méthodes à appliquer. Un entretien, que cela soit un entretien exploratoire pour découvrir les douleurs utilisateurs ou même un entretien de test des premières maquettes, doit être mené avec méthode.

Cela n’a, en aucune façon, une vocation commerciale. Il s’agit d’écouter et de comprendre et non d’argumenter. Cela demande paradoxalement pas mal d’énergie pour relancer, creuser et trouver ce que l’on recherche. Il faut quelques entretiens pour se roder et je suis loin de tout maîtriser.

La seconde leçon, c’est que la contraintes vous permets d’être plus créatif.

Vous regardez tout ce qui vous entoure comme une opportunité.

Des opportunités très différentes en fonction de la phase dans laquelle vous êtes.

Par exemple, j’ai scanné plusieurs fois ma liste de contacts sur Linkedin pour recueillir des conseils et demander des entretiens au début du projet.

J’utilise maintenant Linkedin comme un support de partage des articles de ce blog par exemple, avec un bon retour sur investissement pour l’instant, Linkedin étant ma principale source de recrutement, alors que je n’intervenais que très rarement sur ce réseau.

Troisième et dernière leçon de ce billet, les gens vous aident volontiers.

J’ai revu des personnes que je n’avais pas croisées depuis 10 ans, j’ai fais la connaissance de nombreuses personnes, et à peu près tous m’ont apporté de l’aide, soit au travers de leurs retours sur le produit, soit au travers de mises en relation ou du temps que chacun peut me consacrer.

Il ne fait jamais hésiter à demander de l’aide. Au pire, les gens répondent non ou ne répondent pas mais in fine, c’est très rare et vous êtes souvent surpris positivement.

J’en profite pour remercier encore une fois ceux qui m’ont aidé.

Cela me semble être un bon mot de la fin pour ce premier épisode !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *