Comment parler en public et avoir de l’impact ? La réponse avec Stéphane André, fondateur de l’École de l’Art Oratoire

Comment mieux parler en public?

Parler en public n’est pas si facile que cela. Je l’ai découvert il y a quelques années en assistant à une conférence de Stéphane André, fondateur de l’École de l’Art Oratoire. J’ai eu le plaisir de le rencontrer à nouveau récemment à l’occasion d’un épisode d’Azzzap. Voici quelques morceaux choisis de nos échanges.

Parler en public et avoir de l’impact. Au menu :

Qu’est-ce que l’Art Oratoire?

Je laisse la parole à Stéphane André :

 Les bons orateurs de notre temps

Selon le fondateur de l’École de l’Art Oratoire, la culture française n’est pas un terreau fertile pour les orateurs alors qu’elle l’est pour l’art des idées. Cela explique l’absence de grands orateurs en entreprise mais aussi de tribuns dans l’arène politique.

J’ai demandé à Stéphane André d’illustrer son propos en partageant avec nous la liste des orateurs qui ont marqué leur temps. Barack Obama, le Général de Gaulle, François Mitterrand peuplent le panthéon des tribuns du 20ème et 21ème siècle.

Et l’actuel locataire de l’Elysée?

« A l’époque de la campagne présidentielle, Monsieur Macron était un orateur, en bas du spectre, ce n’est pas un grand orateur, mais c’était un des meilleurs orateurs de la campagne, chose qu’il a un peu perdu ensuite. »

Et les mauvais orateurs?

Jean-Louis Borloo, Michel Rocard, Philippe Seguin et Dominique de Villepin ou encore Laurent Fabius n’ont ou n’ont pas eu les qualités physiques des bons orateurs. En cause, un rapport contrarié avec la verticalité de leur posture.

Jean-Louis Borloo
source de la photo : https://www.flickr.com/photos/feuilllu/6116985970

Car oui, l’art oratoire est aussi affaire de posture… physique.

Les caractéristiques du bon orateur

Stéphane André nous délivre son principal apprentissage. Il tient en trois mots :

  • Dos
  • Voix
  • Regard

Ainsi le bon orateur joue sur la verticalité de sa posture. Comme ici Barack Obama.  Le dos bien placé dégageant la colonne d’air qui lui permet  de projeter sa voix .

Barack Obama en plein discours
Le bon orateur joue sur la verticalité de sa posture

Le regard est également essentiel :

« Il faut montrer un intérêt décidé pour celui auquel on parle »

Comme ici le Général De Gaulle.

Source : https://www.ouest-france.fr/politique/50-ans-de-la-ve-republique-un-demi-siecle-delection-presidentielle-3891240

 

Et dernier ingrédient, la voix comme ici avec François Mitterrand .

Mais le message que je retiens de nos échanges tient dans cette citation :

L’Art Oratoire est un art au service de la circulation des idées dans le monde des hommes… Il faut garder cette modestie… Quand vous parlez en public ne pensez pas à votre image personnelle, servez plutôt l’idée, et puis pensez à votre public.

Vous pouvez retrouver l’intégralité du podcast sur ces plateformes :
🎙S’abonner sur iTunes
🎙S’abonner sur Deezer
🎙S’abonner sur SoundCloud
🎙S’abonner sur Podcast Addict
🎙S’abonner sur Spotify

Quelques ressources pour devenir bon orateur

🔗 Voici quelques liens utiles pour illustrer les propos de Stéphane André :
Le site de l’Ecole de l’Art Oratoire
« Le secret des orateurs : Politique, média et entreprise » Stéphane André 📚
« L’art du leadership » Stéphane André 📚 :

J’ai retrouvé sur Amazon les cours de Louis Jouvet qu’évoque Stéphane André :

« Molière et la Comédie Classique : Extraits des cours de Louis Jouvet au Conservatoire (1939-1940) »📚 :

« Tragédie classique et théâtre du XIXe siècle » 📚:
✔ « Elvire Jouvet 40 : D’après les sept leçons de Louis Jouvet à Claudia sur la seconde scène d’Elvire du Dom Juan de Molière » 📚:
📚le livre
📀le DVD

Ainsi que les livres de Luchini et Terzieff :

« Comédie française : Ca a débuté comme ça… » de Fabrice Lucchini📚

« Seul avec tous » de Laurent Terzieff 📚

Quelques messages pour finir.
✔Commentez pour m’aider à améliorer le podcast et vous apporter du contenu qui vous plaît !
✔Si vous aimez ce podcast, vous pouvez m’encourager en le likant, en le notant 5 étoiles 🌟🌟🌟🌟🌟 et en en parlant autour de vous
✔Abonnez-vous à la newsletter d’Azzzap ! en vous rendant sur ce site 

Comment réduire son temps d’écran sur smartphone et tablette ? Réponse avec Korben

réduire son temps d'écran

Réduire mon temps d’écran, se libérer du smartphone, un challenge que je me suis fixé pour ce trimestre. Et tiens, justement, le chef d’internet ;-), Korben, vient de sortir un livre sur le sujet, « Libérez-vous de votre smartphone : et reprenez votre vie en main », disponible en version numérique sur amazon et fnac.com. J’ai testé pour vous…

Comment réduire son temps d’écran :

pourquoi j’ai souhaité vous parler du livre de Korben?

Tout simplement parce que j’ai lu cet ouvrage il y a maintenant deux semaines. Smartphone à la main pour « paramétrer » mon mobile en suivant les conseils de Korben.

Et depuis, j’ai réduit de plus de moitié mon temps d’écran sur mon iPhone (je n’ai pas de tablette), 40% de moins la première semaine, 20% supplémentaires la semaine suivante.

Principalement en lisant mon Kindle dans RER le matin, en évitant d’avoir mon iPhone sous la main à la maison, et en choisissant de m’endormir avec un bon bouquin plutôt qu’un très bon podcast .

réduire son temps d'écran

Ma moyenne de temps de consultation sur mon mobile oscillait entre 3 h 30 et 5 heures avant la lecture du livre 😱.

Depuis deux semaines, en appliquant les conseils de Korben, cette moyenne est désormais de 2h30 🙂.

La lecture du livre est rapide, j’ai pris une petite heure seulement pour lire les 39 chapitres que comprends ce livre.

Et c’est, comme vous pouvez le voir, redoutablement efficace avec un peu de motivation pour réduire son temps d’écran quotidien.

J’ai donc demandé à Korben d’être l’invité du troisième épisode d' »Azzzap ! », le podcast que j’ai lancé il y a quelques semaines pour qu’il vous en dise un peu plus.

( d’ailleurs, si vous souhaitez écouter toute l’interview de Korben, rendez-vous sur le podcast « Azzzap ! » :
🎙S’abonner sur iTunes
🎙S’abonner sur SoundCloud
🎙S’abonner sur Podcast Addict
🎙S’abonner sur Spotify )

les effets de cette addiction, l’importance de réduire son temps d’écran

Réduire son temps d'écran avec Korben
Photo de Korben par Antoine Lamielle — Travail personnel, CC BY 4.0, commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=69751886

Un des effets que note Korben dans son livre, ce sont les effets néfastes de cette addiction sur notre sommeil. Voici ce qu’il nous dit dans le podcast.

« Un des plus gros problèmes que j’avais, c’était les insomnies. Dès que je me réveillais un peu la nuit, je pensais au boulot, à Twitter, j’allumais le téléphone et après je mettais deux heures, trois heures pour trouver le sommeil. »

via GIPHY

 

Autre effet, la nomophobie. La nomophobie (No Mobile Phone Phobia), c’est la peur d’être séparé de son smartphone. C’est cette peur qui vous rend nerveux si vous oubliez votre smartphone à la maison, et qui peut vous obliger à revenir sur vos pas pour aller le chercher.

L’autre effet nocif, c’est la perte de concentration au travail que j’ai déjà évoqué sur ce blog. Comme le dit Korben dans le podcast :

« Si on est tout le temps interrompu par des notifications ou ce genre de choses, on sort de ces moments de concentration et on fait pas forcément du bon boulot. Quand on est développeur on a besoin de 20 à 30 minutes pour bien se replonger dans un code qu’on a quitté la veille, si c’est pour être déconcentré toutes les dix minute par un SMS ou un mail, c’est l’enfer. »

Enfin, l’effet le plus nuisible selon moi, c’est la perte de qualité de la relation que vous entretenez avec les autres. Qui n’a jamais vu des couples dans un restaurant certes manger face à face mais passant une partie de leur repas à regarder leur smartphone respectif?

quelques astuces données par Korben

Réduire son temps d'écran avec KorbenDans cet interview, Korben nous donne quelques conseils très efficaces, issues des 39 astuces du livre.

Notamment, celle d’éloigner votre smartphone de la chambre à coucher pour éviter de se réveiller et de consulter le consulter compulsivement. Ou encore, celle de désactiver votre répondeur.

Une astuce que je vais essayer, celle de  créer plusieurs sessions sur votre PC ou votre Mac pour différencier les univers. Une session « Travail » avec uniquement les outils pour travailler et une session personnelle pour les autres sujets.

Il y a plus de 30 autres astuces dans le livre de Korben dont je rappelle le titre « Libérez-vous de votre smartphone : et reprenez votre vie en main », disponible ici ou ici pour moins de 10 euros, disponible en version numérique et en impression à la demande.

Si vous souhaitez écouter toute l’interview de Korben, rendez-vous sur le podcast « Azzzap ! » :
🎙S’abonner sur iTunes
🎙S’abonner sur Deezer
🎙S’abonner sur SoundCloud
🎙S’abonner sur Podcast Addict
🎙S’abonner sur Spotify

Bonne lecture et bonne écoute !

 

Les secrets des réunions de travail de la Silicon Valley

Les secrets de réunion de la silicon valley

Dans le livre de Kevin Kruse « 15 secrets successful people know about time management », un chapitre est consacré aux rituels de réunions chez quelques entreprises reconnues de la Silicon Valley comme Google ou Apple. Voici ce que je retiens de ce chapitre.

Au sommaire :

Les journées thématiques de Jack Dorsey, fondateur de Twitter

via GIPHY

Le fondateur de Twitter est également le patron de Square, entreprise qui propose des solutions de paiement via smartphone.

Jack Dorsey 2012 Shankbone.JPG
Par David ShankboneTravail personnel, CC BY 3.0, Lien


Comme il l’explique, Jack Dorsey consacre chaque jour de sa semaine à des thèmes différents et jongle entre les deux entreprises.

Voici l’agenda typique de Jack Dorsey :

  • Le lundi est consacré à la gestion et au management de ses deux entreprises
  • mardi est la journée consacrée aux aspects « produit »
  • mercredi, c’est la journée du marketing et de la communication
  • jeudi, c’est la journée des partenariats
  • vendredi est quant à lui consacré aux recrutements
  • samedi, c’est sport
  • dimanche, réflexion, stratégie, préparation de la semaine.

Et pourquoi pas une journée sans réunion de travail?


via GIPHY

Autre façon de donner un thème à une journée qui amène au sujet de post.

Chez Asana, l’entreprise qui a lancé le service du même nom (une to do list collaborative), le mercredi est la journée sans réunions de travail. Cette dernière est consacrée aux activités de  » production ».

C’est le Maker Day.

L’horloge magique de Marissa Mayer

via GIPHY

Marissa Mayer a déjà été citée sur ce blog. Elle découpe son agenda en créneaux de 10 minutes. Le livre de Kevin Kruse , « 15 secrets successful people know about time management », met l’accent sur une autre pratique de l’ex-dirigeante de Yahoo.

Marissa Mayer utilisait chez Google un projecteur pour afficher un minuteur et ainsi être sûr de ne pas dépasser le temps imparti à chacune de ses réunions de travail.

Jake Knapp, Design Partner chez Google Venture, préfère lui les solutions issues du monde réel à celles issues du monde virtuel en la matière.  C’est ainsi qu’il recommande l’utilisation d’un bon vieux minuteur physique, visible de tous les participants de la réunion.

Personnellement, j’ai récemment acheté celui-ci sur amazon et il fait l’affaire. Je recommande cependant un format plus gros, encore plus visible de tous, quitte à y mettre le prix.


Les réunions ballades de Steve Jobs et les stand-up de Richard Branson


via GIPHY

Une étude de 1999 du Journal de Psychologie Appliquée montre que les réunions au format traditionnelle (comprendre « avec une siège ») sont en moyenne 33%  plus longue que les réunions « stand-up » (donc debout).

D’ailleurs, Richard Branson est féru de stand-up meeting.

Steve Jobs, comme le montre la fameuse bio de Walter Isaacson, pratiquait lui la réunion ballade (les Walking Meetings) qui est déjà largement évoquée sur ce blog.

Les réunions de travail qui en évitent plein d’autres, les daily meetings


via GIPHY

Le Daily Meeting (appelé aussi Daily Huddle) est un rituel qui réunit une équipe tous les matins généralement, qui se tient debout et qui vise à s’assurer que toutes l’équipe à l’information dont elle a besoin pour avancer et délivrer aussi vite que possible.

Généralement, l’agenda est composé de 3 choses :

  • Les infos importantes des dernières 24 heures
  • les chiffres du jour (ventes, taux de conversion etc…qui guident l’activité)
  • Les points d’achoppement ou les questions auxquelles il faut répondre

La mise en place de ce rituel s’accompagne généralement d’une baisse du nombre de mail échangé et d’une baisse du nombre de réunions de travail.

Tout à gagner à le tester n’est-ce pas?


 Si vous souhaitez en savoir plus, je vous recommande vivement le livre de Kevin Kruse, « 15 secrets successful people know about time management », disponible sur Amazon en de multiples formats.


Journal de bord : épisode #5, à la recherche d’associé(e)s

Hello,

Un épisode du journal de bord un peu spécial aujourd’hui.

L’application MeetingSumo est entre les mains de 150 testeurs depuis début septembre et, bien que cette béta soit très imparfaite, une très grosse majorité d’entre eux l’utilisent encore aujourd’hui.

Je souhaite donc aller plus loin et me lancer dans une seconde version, plus aboutie et surtout « commercialisable », ce qui n’est pas le cas de cette première version, ce n’était pas son objectif.

Mais pour cela, il me faut former une équipe à même de porter le produit sur le marché et de convaincre des investisseurs.

Alors voilà, si vous êtes développeur/développeuse, avec une bonne expérience de développement d’applications mobiles, je serais ravi de vous rencontrer pour devenir co-fondateur de MeetingSumo.

Idem, si vous êtes designer.

Je ne pense pas que cela nécessite dans un premier temps de s’y consacrer 100% de votre temps. Je suis ouvert au fait que cela soit en plus de votre activité professionnelle bien entendu.

Je précise que le Business Plan a été travaillé avec EPIGO,  cabinet qui accompagne les startupers notamment et qui travaille également avec les grands groupes.

Vous trouverez ici les éléments nécessaires pour en savoir plus.

Vous pouvez me contacter via ce formulaire ou via les moyens de contact que vous trouverez derrière ce lien.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui,

Alexandre

5 applications pour tous types de réunion de travail

Les outils pour les réunions

J’avoue, je suis un peu geek et j’adore tester de nouvelles applications. Surtout lorsqu’il s’agit de productivité. Je vais donc vous en faire profiter en partageant avec vous 5 coups de coeur. Leur point commun? Etre de bons outils pour les réunions de travail.

au sommaire :

Evernote, l’outil ultime pour prise de notes en réunion

Pas vraiment une découverte de l’année, mais indispensable pour moi. J’ai déjà évoqué longuement Evernote dans un précédent article. Vous pouvez notamment découvrir comment Evernote a fait évoluer son produit en proposant désormais des modèles pour la prise de notes.

Cette vidéo explique bien la chose.

Télécharger Evernote

Klaxoon, l’outil ultime pour les brainstorms à distance

J’utilise Klaxoon assez régulièrement en tant qu’organisateur de réunion ou simple participant.
Klaxoon, c’est un service web qui propose plusieurs outils pour animer vos réunions, soit en présentiel, soit à distance.

La fonction que j’utilise le plus, c’est le brainstorm, l’équivalent numérique du paperboard et des post-it.


Découvrir Klaxoon

Trello, l’outil ultime pour les stand up meeting

Sans doute l’outil que j’utilise le plus en réunion. Trello est à l’origine un outil de Kanban pour visualiser l’avancées des différentes tâches d’un projet. C’est un excellent outil :

  • simple d’utilisation,
  • entièrement personnalisable avec la possibilité d’utiliser des exensions pour connecter Trello aux outils que vous utilisez par ailleurs.

il remplacera très avantageusement un fichier excel dans certains cas, des slides de roadmap ou ce genre de données qui par définition bouge souvent.

Découvrir Trello

Reason8 , un outil de prise de note en devenir?

Une application que j’ai découverte récemment en travaillant sur les différents outils pour rédiger un comptes rendus rapidement.

Le concept de Reason8 est simple. Plutôt que de saisir les compte rendus de vos réunions, vocalisez-les, c’est plus rapide !

Pour l’instant assez performant en anglais.


Découvrir Reason8

Meeting Cost Timer, l’outil ultime pour se dire qu’une réunion peut couter chère

Enfin, une application d’une simplicité biblique. Meeting Cost Timer vous propose d’afficher au fur et à mesure du déroulement de votre réunion, le coût de cette dernière.
Un peu stressant sans doute, mais c’est un bon outil pour prendre conscience de ce coût caché qu’est le temps de réunion inutile.

Télécharger Meeting Cost Timer

Et vous? Des outils à recommander? Rendez-vous dans les commentaires !

Rédiger plus rapidement un compte rendu de réunion de travail

Rédiger un compte rendu grâce à Evernote

Compte rendu d’une confidence. Je me suis récemment penché sur l’optimisation de ce site pour répondre au mieux aux recherches que vous faites sur Google. Une des recherches les plus fréquentes , dans le champs sémantique de la « réunion », c’est celle du terme « compte rendu ».C’est vrai,  Je n’ai pas mis de tiret, car vous n’en mettez pas non plus, sur Google en tous cas 😜 . Alors plutôt que de vous permettre de télécharger des exemples de compte rendu (oui, je ne mets pas de tiret et encore moins de « s », Google appréciera, la grammaire un peu moins) , je vous propose de passer directement à l’étape suivante et de découvrir comment Evernote va vous permettre perdre le moins de temps possible pour rédiger ce fameux compte rendu. Allez, à vos smartphones, iPad, PC, Mac… !

Au sommaire:

Le problème avec le compte rendu

Pensez au temps que prend une réunion.

Une réunion, c’est le temps de la réunion mais aussi le temps de sa préparation et le temps de son compte rendu. Du moins, si cette dernière phase vous semble nécessaire et si vous avez décidé de rédiger le compte rendu après la réunion de travail.

Car mieux ne pas y passer trop de temps.

Au cours de la petite enquête que j’ai pu faire auprès d’une trentaine de personnes pour préparer MeetingSumo, je me suis rendu compte, à vrai dire sans trop de surprise, que la plupart du temps, seul le rédacteur du compte rendu lisait sa prose.

Et donc, mieux vaut ne pas y passer trop de temps.

Pour cela, plusieurs solutions que je vais balayer dans cet article.

Pourquoi choisir Evernote?

Il existe une foule de solution pour prendre des notes pendant une réunion. Je vais me concentrer sur la plus connue, Evernote.

Pourquoi? Il me semble important d’utiliser une application de notes qui ne puissent pas fermer du jour au lendemain.

Donc priorité aux « gros » et notamment Evernote que je connais assez bien.

Télécharger les «modèles» d’Evernote

Evernote est l’acteur historique de la prise de notes sur Mac, PC et smartphones.

Depuis quelques semaines, le service propose une fonctionnalité permettant d’aller « piocher » des modèles pour prendre des notes de réunion. Et parmi ces modèles, nous en trouvons certains dédiés aux réunions bien sûr.

En voici quelques-uns disponibles ici :

  • le modèle de programme de réunion
  • le modèle session de brainstorming
  • le modèle pour prendre des notes de réunion
  • le modèle pour prendre des notes de réunion

Pour savoir comment fonctionne les modèles Evernote, voici une vidéo qui l’explique :


Utiliser la fonction « présentation » d’Evernote

Cette fonctionnalité de « modèle » se marie bien selon moi avec celle de « présentation ».

Je m’explique, au lieu de revenir sur vos notes, après la réunion, autant finaliser le compte rendu en séance en projetant vos notes directement.

Ça permet de rédiger le CR en temps réel et de ne plus à avoir à s’en soucier ensuite. Un temps précieux gagné.


Exporter ensuite la note ou partagez-là directement avec les personnes présentes

Si l’usage d’Evernote est largement répandu dans votre entreprise, l’export  de la note n’est pas utile.

En effet, Evernote propose une fonction de partage de note entre utilisateurs d’Evernote très simple à mettre en place.

Il suffit de cliquer sur « partager » et d’indiquer l’adresse mail de vos contacts.


En bonus, vos collègues pourront ensuite commenter vos notes en fonction du niveau de permission que vous avez décidé (consultation, édition etc…). Vous pouvez également  partager un lien qui rendra visible la note par toute personne en sa possession, utilisateur d’Evernote ou pas. Une option plus risquée.

Si l’usage d’Evernote n’est pas généralisé, vous pouvez choisir de partager la note par email.

En suivant les étapes de cet article, vous n’aurez normalement pas besoin de temps supplémentaire pour rédiger un compte rendu de réunion.

Et vous, vous avez des astuces pour vos compte rendus? Si oui, l’espace commentaire vous est ouvert !

Holacracy : une inspiration pour vos réunions

Les réunions de l'holacracy

Holacracy propose un nouveau système de gouvernance des entreprises reposant sur des équipes auto-organisées. Il s’agit bien d’une gouvernance et non d’un système anarchique. En effet, les équipes obéissent à des règles et des rituels strictes. Je voudrais revenir sur certains de ces rituels qui sont pour moi autant d’outils redoutables que chacun peut utiliser pendant ses propres réunions.

au sommaire :

Retour rapide sur les principes de l’Holacracy

Je m’intéresse à l’Holacracy depuis deux ans.

j’avais eu la chance d’aller voir son théoricien principal, Brian J.Robertson au NUMA l’année dernière.

 

Plusieurs phénomènes sont à l’origine de l’Holacracy. Dans la bande-dessinée « Une nouvelle technologie managériale : l’Holacracy », Bernard Marie Chiquet et l’illustrateur Etienne Appert reviennent sur ces phénomènes bien connus des salariés :

  • des organisations rigides
  • des luttes de pouvoir
  • des décisions pas toujours heureuses privilégiant le court-terme
  • peu de transversalité
  • le manque de reconnaissance
  • le manque de communication
  • peu de sens à l’action
  • des rôles peu clairs.

Tout cela aboutit à des organisations peu efficaces alors que les contraintes économiques poussent à avoir justement une gouvernance efficace et réactive.

L’Holcacracy propose un nouveau modèle, centré sur la mission de l’organisation. Et c’est l’organisation qui doit perpétuellement s’améliorer pour répondre le mieux possible à sa raison d’être.

Et pour cela, trois principes phare constituent le socle de la démarche :

  • le pouvoir de décision est décentralisé un maximum. Ce sont ceux qui font qui décident.
  • le consentement suffit, le consensus n’est pas recherché. L’organisation peut se mettre à jour très rapidement, une décision même mauvaise peut être corrigée rapidement, inutile de rechercher le consensus, cela ferait perdre du temps.
  • les rôles sont différents des personnes. Une personne peut porter plusieurs rôles mais un rôle ne peut pas être occupé par plusieurs personnes.

Trois rituels rythment cette gouvernance avec des outils que je vais partager ici.

Les rôles structure

Les principaux rituels d’une gouvernance holacratique sont :

  • les réunions de stratégie : sur quel aspect allons-nous mettre notre énergie dans les 6 mois qui viennent?
  • les réunions de gouvernance : quelles sont les aspects de notre gouvernance que nous pouvons améliorer?
  • les réunions de triage pour veiller à la bonne synchronisation des membres de l’équipe (appelé Cercle, mais c’est une autre histoire…).

Le premier outil, c’est tout simplement la répartition des rôles pendant n’importe quel rituel holacratique.

Sont obligatoires pendant les rituels :

  • le rôle de facilitateur : il est le garant du processus. Selon Holaspirit, il s’assure que « les pratiques de gouvernance et d’opérations du Cercle sont en ligne avec la Constitution »
  • le rôle de secrétaire : selon le site Holaspirit toujours son rôle est de « gérer et stabiliser les registres du cercle et le processus de tenue de ces registres »
  • le « premier lien » : Le Premier Lien détient la Raison d’être de l’ensemble.

La formalisation de ces trois rôles est déjà en soi inspirant pour n’importe quelle réunion.

Pour comprendre ce que cela veut dire, voici une petite vidéo :

Le tour d’inclusion

Le tour d’inclusion débute n’importe quels rituels.
Il s’agit tout simplement de demander aux participants comment ils vont.

L’objectif est double :

  • les faire entrer « mentalement » dans la réunion en s’adressant directement à chacun
  • savoir interpréter les réactions ou la mauvaise humeur. Si un participant déclare d’entrée être en colère, les participants seront plus à même de comprendre ses réactions.

Les points administratifs

C’est tout simple. Il s’agit de rappeler les points pratiques de la réunion, notamment si un participant doit quitter la réunion plus tôt que prévu.

Le cockpit

Le cockpit est un élément essentiel de synchronisation.

Il est composé de :

  • la checklist : une série limitée de questions, toujours la même, qui doit être posée pour ne rien oublier d’important
  • les indicateurs : une liste limitée et stable de KPI qui permet de vérifier si l’activité va dans le bon sens
  • les projets : ce sont les actions portées par chaque rôle avec leur statut (à commencer, en cours etc..)

Ces éléments sont affichés à la vue de tous et toutes.

Pour en savoir plus sur l’Holacracy

Si le sujet de l’Holacracy vous intéresse, je vous invite à regarder ce TED de Brian J. Robertson :


En version longue :


Pour ceux qui souhaitent vraiment s’y plonger, je vous recommande la bande dessinée de Bernard Marie Chiquet et Etienne Appert qui permet de bien appréhender ce que veut dire Holacracy dans une organisation.


Pour les plus passionnés, la lecture de « La Révolution Holacracy : Le système de management des entreprises performantes  » de Brian J.Robertson est un investissement payant.

5 vidéos TED sur les réunions

5 conférences TED sur les réunions

TED, Technology, Entertainment and Design. Derrière cet acronyme se cache une série de conférences qui visent à diffuser des idées intéressantes. En faisant une petite recherche sur les conférences largement disponibles sur Youtube par exemple, on trouve quelques vidéos dédiées aux réunions, dont certaines sont très drôles.

au sommaire :

David Grady : How to save the world (or at least yourself) from bad meetings



Nilofer Merchant : Got a meeting? Talk a walk



Yves Morieux : As work get more complex, 6 rules to simplify



Ricardo Semler : How to run a compagny with (almost) no rules



Marily Oppezzo : Want to be more creative? Go for a walk



Une dernière pour la route : a conference call in real life



Walking Meetings : et si vous vous baladiez pendant votre prochaine réunion?

Les Walking Meetings

Les Walking Meetings, vous connaissez? Sans connaître cette modalité, j’ai le souvenir de plusieurs scènes dans la biographie de Steve Jobs où celui-ci s’entretient avec un célèbre journaliste tech (Walt Mossberg de mémoire) en se baladant dans les rues de Cupertino. J’ai compilé dans ce billet quelques éléments sur cette pratique.

au sommaire :

les adeptes célèbres des walking meetings

Une petite recherche sur internet permet de trouver facilement les adeptes de la balade.

Aristote avait l'habitude de tenir ses conférences en marchant

Voici les plus connus :

  • Steve Jobs comme évoqué dans l’introduction
  • Jack Dorsey, le co-fondateur de Twitter
  • son copain Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook
  • un certain Barack Obama
  • Richard Branson
  • Sigmund Freud
  • Platon
  • Nietzsche
  • Aristote

«Les seules pensées valables viennent en marchant » écrivait Nietzsche

On rencontre du beau monde sur les trottoirs de Washington ou de la Silicon Valley.

Posons nous la question de savoir pourquoi ces illustres personnalités sont ou ont été adeptes des Walking Meetings.

Pourquoi tenir un Walking Meeting

Plusieurs raisons peuvent vous amener à tenir des réunions en marchant. On trouve dans cet article de inc.com les principaux bienfaits des walking meetings.

Le premier est que le fait de marcher emballe le moteur de votre créativité du fait d’une plus grande diversité des paysages qui stimule votre cerveau. A vous les fulgurances et l’inspiration ! C’est ce qu’explique dans ce TED Marily Oppezzo, spécialiste du comportement et de l’apprentissage.

La seconde raison est que c’est tout simplement…bon pour vous. Le fait de rester assis toute la journée est nocif pour votre santé. Il est conseillé de se lever au moins une fois par heure pour préserver votre santé.

Autre avantage, le fait de marcher ensemble brise les murs hiérarchiques. C’est aussi, au delà de cet aspect, la bonne façon de rapprocher des générations différentes par exemple ou des métiers différents. La marche neutralise certains freins liés aux différences et les minimisent.

La quatrième raison est tout simplement celle du bien-être. Le fait de se balader améliore le niveau d’énergie, le niveau de concentration ainsi que l’engagement des participants à la réunion balade.


L’institut Max Planck de Berlin a d’ailleurs scientifiquement testé cette hypothèse
avec des adultes et des enfants. Les groupes assis ont oublié plus de choses que les groupes qui marchaient. Tout le contraire d’une réunion où les participants restent assis en attendant que ça se passe ou traitent leurs mails.

Cinquième raison, dehors il n’y a pas de PC, le smartphone n’est pas posé sur le bureau et personne ne présente de slides pénibles. La communication est donc d’une plus grande qualité.

La sixième raison est la bonne humeur apportée par le fait de se balader.

En résumé, c’est bon pour vous ! Mangez-en !

s’organiser pour une réunion ballade

Cet article dresse les principaux points de la checklist :

  • avez-vous informé les autres participants de la modalité de la réunion?
  • avez-vous vérifié les prévisions météo?
  • avez-vous emporté de l’eau?
  • si vous êtes dans la nature, avez-vous prévu une tenue spécifique?
  • si le soleil tape, avez-vous pris vos lunettes et votre crème solaire?

On peut donner d’autres conseils pour la préparation.

Notamment de tenir ce genre de réunion plutôt en fin de matinée avant le déjeuner ou en fin d’après midi quand l’énergie commence à baisser.

quand est-ce qu’une réunion balade est pertinente?

La réunion balade est pertinente en petit groupe. C’est par contre parfait pour les échanges bilatéraux par exemple.

La réunion peut avoir une destination bien précise. Cela peut être aussi une justification permettant de lever les dernières barrières de ceux qui souhaitent éviter les Walking Meetings. En revanche, il est important d’éviter les itinéraires linéaires.

Prenez en compte votre propre forme et celle de celui ou celle qui vous accompagne. Notamment pour adapter votre cadence à celle de votre collègue.

Les réunions de ce type donne tout leur potentiel quand il s’agit d’être créatif notamment, de diverger. L’objectif de la réunion doit aussi prendre en compte cet aspect.

les Walking Meetings sont-ils la Panacée?

Un article de Psychologytoday.com se penche sur le sujet.

Inutile d’essayer les walking meetings avec une dizaine de personnes.

Si les Walking Meetings sont excellents pour diverger et trouver des idées,
ils sont cependant à éviter pour les réunions dont l’objectif est de converger vers une solution unique ou un consensus.

Oubliez également ce genre de meeting pour des réunions nécessitant un support ou un espace d’expression commun comme un tableau blanc par exemple.

Voilà, vous savez tout ! Et vous, pratiquez-vous déjà la réunion balade?

Organiser une réunion : 3 outils originaux pour savoir si il faut le faire

3 outils originaux pour savoir si il faut vraiment la faire cette réunion

Organiser une réunion est un vrai point de douleur des personnes avec qui je m’entretiens pour le développement de Meetingsumo. Mais au fait, on doit vraiment la faire cette réunion? Surprise à la fin de l’article.

au sommaire :

Cette foutue réunion doit-elle avoir lieu?

Le meilleure moyen d’organiser rapidement une réunion est… de ne pas l’organiser.

Pensée Ô combien puissante que je partage avec vous.

Ce site vous pose quelques questions pour vous dire si oui ou non il vous faut organiser une réunion.

Redoutable !


ne pas organiser de réunion avec shoulditbeameeting
nan mais… sûr sûr ? faut l’organiser??

Une réunion inefficace a un coût.

Celui de la somme des salaires horaires des personnes qui y assistent.

Pensée Ô combien puissante #2.

C’est pour cela que Harvard Business Review a sorti un petit site web disponible sur PC, tablette et mobile qui vous permet de calculer rapidement le coût de la réunion que vous organisez.


Le calculateur de coût de réunion de Harvard Business Review
MeetingSumo à la rescousse

Meetingsumo va là aussi vous aider à choisir/éliminer au travers d’une fonctionnalité inédite sur le marché des outils de productivité.

Une fonctionnalité qui va réduire très substantiellement le temps que vous allez passer en réunion.

Cette fonctionnalité est d’ailleurs LA fonctionnalité plébiscitée par les personnes qui peuvent aujourd’hui manipuler les maquettes de l’application.

il pleure devant meetingsumo et sa fonction secrèteCette fonctionnalité va vous étonner,
Cette fonctionnalité va vous émouvoir et certains vont fondre en larmes je le sais, c’est déjà arrivé et c’est d’ailleurs très gênant,
Cette fonctionnalité elle vient de là, elle vient du meeting blues,

Et cette fonctionnalité c’est……….

….Pour le savoir, devenez testeur de Meetingsumo, c’est juste en dessous, vous allez le savoir avant tout le monde 😉



…A votre avis quelle est cette fonctionnalité mystère ? Dites-le moi dans les commentaires.

Rédiger une invitation de réunion, les conseils de Cameron Herold

Rédgier une invitation de réunion

Comment rédiger une invitation de réunion? A l’origine de Meetingsumo, il y a une lecture, celle du livre » Meetings Suck » de Cameron Herold, entrepreneur à succès. Un des chapitres est consacré à la création de l’agenda de la réunion. Voici quelques pratiques conseillées.

au sommaire :

les avantages d’une invitation de réunion préparée

L’invitation reflète le niveau de maturité de la demande. Une invitation de réunion bien préparée reflète une réunion bien préparée.

Cameron Herold voit plusieurs avantages à cela, certains sont évidents, d’autres plus surprenants.

Notamment le fait que les introvertis sont plus engagés dans la réunion

Dans un des chapitres, Cameron Herold définit plusieurs types de personnalités lors des réunions :

  • les extravertis : personnalités dominantes et/ou expressives qui « prennent » de la place en réunion
  • les introvertis : plus analytiques et aimables, ils auront plus de mal à intervenir en réunion. Ils s’appuieront plus sur l’animation pour intervenir.

Avec une invitation de réunion claire, les introvertis pourront préparer la réunion et penser en avance à ce qu’ils doivent faire passer comme message.

maximiser le temps

Si l’invitation est suffisamment claire, la réunion peut débuter sans passer 15 minutes à expliquer le contexte.
De même, sachant quels sont les points à aborder et le temps que chacun doit prendre, il est plus facile d’arbitrer en cours de route selon les priorités si un point fait déraper l’agenda.

seuls les collaborateurs concernés participent

Bien réfléchir son invitation à une réunion, c’est aussi se poser la question de la pertinence de la liste d’invités.
De plus, si l’invitation est claire, certaines personnes refuseront si elles jugent qu’elle ne sont pas pertinentes sur le sujet. Une sorte d’auto-régulation qui va leur éviter de perdre du temps et à vous d’avoir des participants frustrés à gérer pendant la réunion.

Une troisième voie est possible en faisant venir certains participants uniquement quand le point qui les concerne est abordé. Une autre façon d’éviter de jeter des minutes par la fenêtre.

Une réunion oui, mais dans quel but?

Cameron Herold distingue plusieurs objectifs de réunions :

  • les réunions de partage d’informations : pas de discussion, pas de débats, juste du partage d’info
  • les réunions créatives : brainstormings, le but c’est la récolte d’idées
  • la réunion de décision : l’objectif est d’obtenir une décision de la part du groupe soit par consensus soit par consentement.

Grace à une invitation de réunion claire, les participants sont bien informés de ce qui les attend.

que doit-on trouver dans une invitation de réunion?

Cameron Herold a une politique assez radicale :

No Agenda, No Attenda

Selon lui, l’invitation à une réunion doit être :

  • simple et courte : elle peut être rédigée sur une post-it
  • agréable à lire : utilisez les bullet points, mais pas de police de caractères exotiques et illisibles

Passons au contenus.

Il doit inclure :

  • le style de réunion : information, création , décision
  • les points qui seront adressés et le temps imparti pour chacun

En plus de cela et des éléments logistiques, deux autres points doivent être présents :

  • l’objectif de la réunion en une phrase. Pourquoi vous demandez du temps aux participants?
  • Les livrables de la réunion : ce qui est espéré en fin de réunion, 3 livrables, pas plus, sinon, la réunion adressera trop de sujets et perdra en efficacité.

qu’arrive-t-il avec un agenda peu préparé?

Ça a l’air un peu militaire vu comme ça.

Moins que les 4 pages de mémo nécessaires chez Amazon avant d’avoir une réunion avec le top management.

Cela évite un certain nombre de problèmes :

  • les réunions qui dérivent et ne remplissent pas leur objectif initial
  • les sujets parasites qui arrivent en milieu de réunion
  • les participants fantômes, non nécessaires, qui perdent leur temps et/ou sont en train de traiter leurs mails pendant la réunion

Si vous souhaitez en savoir plus, je vous recommande vivement le bouquin de Cameron Herold, disponible ici, 160 pages seulement pour améliorer ses propres pratiques.

Vous pouvez aussi retrouver une infographie à télécharger ci-dessous.

Rédiger une invitation de réunion

J’ai testé les micro-meetings

les micro-meetings

Les micro-meetings, sont comme le nom l’indique, des réunions de très petit-format. J’ai pu tester cette approche récemment. Plus de 30 réunions de 15 minutes chacune. Voici mon retour d’expérience.

au sommaire :

Mon challenge

Je travaille pour une grosse entreprise et récemment, je me suis prêté au jeu de la préparation d’un comité de direction commun entre deux entités.
Pour que ce moment soit utile, que des décisions soient prises, nous devions le préparer le mieux possible. Rassembler les informations utiles,  les points de vue, définir les questions  auxquelles il faut répondre… etc.

Problème. Nous n’avions qu’un mois.

C’est peu si on considère le nombre de sujets , le nombre de décideurs à mettre dans la boucle et les disponibilités de chacun.

Face à ses contraintes, nous avons décidé de nous prêter, sans le savoir, à une pratique Googlelienne, les micro-meetings.

Google et les micro-meetings

C’est une pratique décrite par Marissa Mayer, (ex-CEO de Yahoo et ex-Vice-Présidente de l’activité Search de Google), que j’évoque dans l’infographie « 8 réunions avec des milliardaires ».

Marissa Mayer a ainsi découpé son emploi du temps en créneaux de 10 minutes. Cela lui permet de tenir jusqu’à 70 réunions par semaine.

Elon Musk est aussi adepte de cette méthode et découpe son emploi du temps en créneaux de 5 minutes (faut toujours qu’il se fasse remarquer…).

Nous avons choisi de caler nos micro-meetings sur des créneaux de 15 minutes.

Une préparation exigeante

Trouver des créneaux de 15 minutes dans les agendas n’est pas une chose si facile.

Surtout quand les agendas sont pleins , généralement de réunions d’une heure qui s’enchaînent.

Ensuite, bien qu’ayant préparé une liste de questions pour récolter très précisément les informations dont nous avions besoin, je dois avouer que les premières itérations de ces micro-meetings étaient encore trop chaotiques.

Ce qui nous a amené à mettre en place quelques pratiques que je partage avec vous.

La checklist des micro-meetings

Du fait du temps très limité dont nous disposons, les impaires se paient double en termes d’efficacité de la réunion.

Partant du principe que vous savez ce que vous voulez, que vous avez la liste des bons interlocuteurs (pas plus de 5 personnes autour du pont) et qu’ils ont répondu positivement à votre invitation, voici les autres points essentiels.

    • Si vous êtes plusieurs organisateurs, savez-vous qui incarne le rôle de facilitateur et celui de secrétaire ?

En 15 minutes,  pas le temps de se demander si l’autre a pris des notes sur le dernier point évoqué. Les rôles doivent être clairs dès le départ.
Perso, j’ai pris le rôle de secrétaire.

    • L’introduction est-elle la plus claire et concise possible?

Idem, au fil des réunions, l’introduction s’est standardisée pour lever toutes les incompréhensions qui peuvent donner lieu à discussion alors que la réunion n’a même pas encore débuté.

    • Le support de prise de notes est-il adapté?

J’avais pour ma part créé un slide avec différentes cases pour les remplir au fur et à mesure des discussions. A l’usage, j’ai trouvé ça trop contraignant notamment quand la discussion génère plus de notes que ce que le template permet. Et généralement, c’est ce qui arrive.

Et encore une fois, pas le temps de demander 50 fois aux participants de répéter leur dernières phrases pour l’écrire dans une satanée case d’un Powerpoint.

J’ai fini les micro-meetings sur mon outil de prise de notes habituel avec les principales questions rédigées à l’avance.

    • Les participants sont-ils au courant qu’il s’agit d’un micro-meeting?

Le problème avec les réunions d’15 minutes, c’est qu’elles apparaissent visuellement dans Outlook ou sur votre smartphone comme des réunions de 30 minutes si on y prête pas attention. Les invités ne se posent pas la question et pensent se rendre à une réunion de 30 minutes… et calculent donc le retard acceptable en fonction de ça. 🙁

Ajouter dans le titre de l’invitation l’indication du temps de la réunion peut être une bonne idée.

    • Avez-vous prévu un ordre du jour de 10 minutes?

Il n’était pas rare que certains participants arrivent avec un petit retard de 5 minutes. Soit… 1/3 de la micro-réunion foutue.

Et oui, les micro-meetings sont en fait des nano-meetings dans certains cas.

Après réflexion, voici l’agenda typique d’un micro-meeting de 15 minutes

2 minutes d’introduction :

  • Présentation des personnes autour du pont téléphonique ou autour de la table (le faire soi-même évite de perdre du temps)
  • le contexte
  • l’objectif
  • la question à laquelle il faut répondre avec les différentes réponses possibles

1 minutes de clarification :

  • l’introduction était-elle claire?

6 minutes de discussion

1 minute de conclusion avec rappel des points d’action / points de décision

Et oui, c’est un ordre du jour sur 10 minutes. Ce qui donne royalement 5 minutes de mou.

Conclusion : Vive les fourmis !

Hier soir, j’ai regardé « Ant-Man », un film de super-héros Marvel avec Michael Douglas entre autre, et une copie de Ben Affleck dans le rôle titre.

Il se trouve que Ant-Man a la capacité de rapetisser grâce à une potion qui « rapproche » chacun de ses atomes. Bien qu’aussi minuscule qu’une fourmi, le super-héros garde la même force qu’un homme de taille normale et peut mettre KO n’importe quel ennemi (oui parce qu’il est très fort petit parce qu’il est déjà très fort grand, vous me suivez?).

Je retire de cette expérience l’analogie suivante.

Bien préparé, le micro-meeting est à la réunion classique d’une heure ou 30 minutes, ce que Ant-Man est au super-héros classique : une alternative plus compacte et ramassée mais avec autant d’impact pour sauver le monde…ou votre agenda.

réunion : 8 secrets de milliardaires

8 réunions avec des milliardaires

Elon Musk, Steve Jobs, Mark Zuckerberg, ou encore Jeff Bezos, sont scrutés par les médias du monde entier. Au-delà des empires de chacun, ce qui pique ma curiosité, c’est la façon dont ils ont monté ces empires. Ça veut dire quoi travailler avec Elon Musk ou Jeff Bezos? Vous retrouvez ici quelques pistes.

au sommaire :

Une réunion avec Steve Jobs

Steve Jobs est devenu avec le temps un as des conférences, ces fameuses Keynotes, dont Apple perpétue encore la tradition. Keynotes qui reposent en grande partie sur un jeu de slides qui défilent derrière le patron d’Apple. Depuis la biographie de Walter Isaacson, on sait que le co-fondateur d’Apple mettait des jours entiers à peaufiner sa présentation.

Pour autant, un des grands principes d’une réunion avec Steve Jobs était : « no slide ».

Jobs haïssait même l’utilisation de ce support en réunion. Jobs pensait que le powerpoint empêche la confrontation d’idées et va même plus loin en disant, là aussi dans la biographie de Walter Isaacson, que les gens qui savent ce dont ils parlent n’ont pas besoin de slides.

Donc… pas de powerpoint avec Steve.

Autre point intéressant de la méthode Jobs, le DRI comme Directly Responsible Individual. Chaque DRI porte un point de l’agenda et les actions qui y seront rattachées.

Une façon de minimiser le nombre de participants à une réunion. Autre point très important de la méthode Jobs. Aucun participant superflu n’est accepté. Il n’y a pas de spectateur.

Une réunion avec Elon Musk

Autre personnage, Elon Musk.

On retrouve des points communs entre la méthode Musk et la méthode Jobs.

Dans un mail récemment envoyé à ses collaborateurs, le patron de Tesla donne son point de vue sur les réunions.

Selon lui, la réunionite est le fléau des grandes entreprises et ça ne s’arrange généralement pas avec le temps. Il ne s’arrête pas là et nous donne à voir son point de vue.

« Débarrassez-vous des réunions fréquentes, sauf si vous avez affaire à une question extrêmement urgente. La fréquence des réunions devrait baisser rapidement une fois le problème résolu »

« Sortir d’une réunion ou laisser tomber un appel dès qu’il est évident que vous n’ajoutez pas de valeur. Ce n’est pas impoli de partir. Il est impoli de faire rester les gens et de leur faire perdre leur temps »

Elon Musk est un garçon qui sait ce qu’il veut : -)

Une réunion avec Marissa Mayer

L’ex-patronne de Yahoo a aussi son lot de technique pour gérer efficacement une réunion.
Notamment la technique des micro-réunions.
Ce n’est pas parce que Outlook créé des créneaux par défaut d’une heure qu’il faut prendre une heure pour régler une sujet.
Marissa Mayer a ainsi découpé son emploi du temps en créneaux de 10 minutes. Elle pouvait tenir jusqu’à 70 réunions par semaine.

Une réunion avec Mark Zuckerberg

La technique la plus connue du patron de Facebook est de demander en introduction d’une réunion si il s’agit d’une réunion de discussion ou de décision.

Une réunion avec Jeff Bezos

Le patron d’Amazon est connu pour son obsession de l’efficacité. C’est ce qui permet à Amazon de générer des profits, même sur le retail.

Comme Jobs, Bezos limite au maximum le nombre de personnes à une réunion. 8 exactement.

Et comme Jobs, Bezos n’aime pas les slides en réunion. Non, lui son truc, c’est Word.

Avant d’avoir une réunion avec Jeff Bezos, il faut préparer un mémo de 4 pages sur les sujets à adresser pendant le meeting pour chaque participant sache pourquoi il est là.

Et ce n’est pas fini.

Une réunion avec Jeff Bezos commence par le silence… le silence des participants qui lisent le mémo sur le sujet du jour. Une fois que tout le monde a lu le mémo, vient le temps de la confrontation d’idées.

Et vous?

Et vous, vous êtes plutôt Jeff, Marissa, Mark, Elon ou Steve? Avez-vous des techniques pour rendre les réunions plus efficaces? Si oui, le champs « commentaires » ci-dessous vous est ouvert !

Mais avant, je vous laisse télécharger si vous le souhaitez, la surprise, c’est à dire l’infographie qui récapitule les principaux points de cet article.

Réunion de milliardaires